Accéder au contenu principal
Chronique agriculture et pêche

L’étude des émotions chez les animaux d’élevage (rediffusion)

Audio 02:37
Raymond Novak, chercheur à l’Institut national de la recherche agronomique Val de Loire à Tours.
Raymond Novak, chercheur à l’Institut national de la recherche agronomique Val de Loire à Tours. RFI/Sayouba Traoré

Les mammifères développent des relations intra et interspécifiques (y compris avec l’homme) qui peuvent prendre des formes diverses. L’étude scientifique développée au centre Inra de Tours a pour but de comprendre les mécanismes de construction et d’expression de ces relations.

Publicité

(Rediffusion du 13 avril 2019)

C’est un travail qui demande des moyens financiers, de l’énergie et du temps. La raison principale, c’est que l’homme a l’expression verbale ou l’écriture pour dire son ressenti, mais l’animal ne peut pas.

Il se trouve que de plus en plus de travaux s’intéressent aux capacités cognitives et émotionnelles des animaux d’élevage. Des expériences menées à l’Inra et ailleurs montrent que les porcs sont curieux et se dirigent vers l’objet qu’ils connaissent le moins, que les poussins savent compter, que les vaches, moutons et poules reconnaissent leurs congénères à partir de photos, de face et de profil.

Ces travaux offrent de nouvelles pistes pour explorer les états mentaux des animaux et adapter les conditions d’élevage pour minimiser leurs émotions négatives et favoriser leurs émotions positives. En effet, observer les animaux et analyser leur comportement nous renseigne sur les moyens à mettre en œuvre pour faire évoluer nos systèmes d’élevage. D’où l’idée de bien-être animal.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.