Accéder au contenu principal
Ici l'europe

Nathalie Loiseau, députée européenne

Audio 19:30
Nathalie Loiseau en meeting à Caen, le 6 mai 2019.
Nathalie Loiseau en meeting à Caen, le 6 mai 2019. AFP/Damien Meyer

En cette semaine de rentrée, nous Nathalie Loiseau, l’ancienne ministre des Affaires européennes, aujourd’hui eurodéputée de Renew Europe.

Publicité

À propos de Boris Johnson, elle estime qu’il « s’est tiré une balle dans le pied » en suspendant le Parlement, un « déni de démocratie ». Pour elle, les négociations avec l’Union européenne n’avancent pas : « Il n’y aura jamais de bon Brexit ».

Concernant l’Italie, elle considère que le nouveau gouvernement, entre les Cinq étoiles et le Parti démocrate, n’est pas plus improbable que le précédent : « il n’y a pas de fatalité à l’extrémisme ni le rouleau compresseur qu’on a voulu nous décrire pendant la campagne des [élections] européennes ».

Elle justifie le choix de Sylvie Goulard par le président comme Commissaire européenne par un professionnalisme reconnu : « Sur les emplois fictifs, le Parlement européen a blanchi Sylvie Goulard », estime-t-elle… Et recevoir des fonds d’un think tank américain « c’est légal […] toutefois aujourd’hui la délégation à laquelle j’appartiens s’est engagée à n’avoir aucune activité rémunérée qui pose question ».

En juin dernier, suite à une conversation off où elle épinglait des collègues parlementaires, elle rate le poste de cheffe de groupe au Parlement européen, mais ne veut pas avoir de regrets : « Si j’avais été nommée cheffe du groupe centriste, les Français auraient eu moins de postes au sein du Parlement européen ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.