Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Des Européens de plus en plus mobiles pour trouver un emploi

Audio 19:30
À Tirana. (Photo d'illustration)
À Tirana. (Photo d'illustration) RFI/Louis Seiller

On pourra dire que c’est l’effet Erasmus. Et certainement la conséquence du chômage. 50 % des jeunes Européens sans emploi sont prêts à s’établir dans un autre pays européen pour décrocher un emploi.Plus que jamais, la mobilité est au cœur de l’économie européenne avec des exemples surprenants.Curieux retournement de l’histoire, on voit ainsi aujourd’hui des Italiens qui viennent s’installer en Albanie. 25 ans après la vague migratoire des Albanais qui fuyaient la pauvreté pour aller vivre en Italie.Ce n’est qu’une minorité bien sûr, mais c’est assez pour que l’on parle avec ironie de l’Albanie comme la 21ème région italienne. Reportage à Tirana de Louis Seiller.

Publicité

Et en République Tchèque où l’on est en situation de plein emploi , les entrepreneurs peinent à trouver de la main d’œuvre . Le gouvernement fait donc tout pour faciliter la venue de travailleurs ukrainiens , qui sont déjà nombreux à occuper des emplois peu qualifiés. Les explications depuis Prague d’Alexis Rosenzweig.

Et en Autriche, ce sont les femmes bulgares et roumaines qui sont de plus en plus sollicitées pour venir travailler comme aidantes auprès des personnes âgées et dépendantes. Leur embauche, souvent à domicile 24 h sur 24, permet de compenser les failles des politiques publiques. Mais gare aux dérapages. C’est le reportage de Céline Beal.

La chronique de Daniel Vigneron
Et pour accompagner cette mobilité, la question de l’apprentissage des langues est, bien sûr, centrale. Mais, il faut bien le dire, le panorama européen n’est pas très encourageant, ni très diversifié. Pour en parler, nous retrouvons Daniel Vigneron, du site myeurop.info.

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.