Accéder au contenu principal
La vie ici

Fake news et langues africaines

Audio 02:00
Facebook s'est associé à la société Africa Check, la première organisation indépendante de vérification des faits en Afrique pour étendre sa couverture linguistique locale au Nigeria avec les langues Yoruba et igbo, par exemple.
Facebook s'est associé à la société Africa Check, la première organisation indépendante de vérification des faits en Afrique pour étendre sa couverture linguistique locale au Nigeria avec les langues Yoruba et igbo, par exemple. Africa Chek

Stéphie-Rose Nyot Nyot, fondatrice de Je parle le Bassa 2.0 et Je parle l’Afrique 2.0 est de retour dans La Vie ici, pour nous parler de la façon dont les réseaux sociaux tentent de combattre les fake news en langues africaines. Facebook, par exemple, s’est associé à Africa Check pour développer la veille sur les publications en langues yoruba et igbo du Nigéria, en wolof pour le Sénégal ou en swahili pour le Kenya. Cinq pays en tout sont couverts par les fact-checkers et partout, les utilisateurs sont mis à contribution pour signaler les dérives.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.