Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

À la Une: la Cédéao face au défi du terrorisme

Audio 04:47
Le siège de la Cédéao au Nigeria.
Le siège de la Cédéao au Nigeria. Wikimedia

Publicité

La capitale burkinabè pavoise. Ouagadougou reçoit demain les chefs d'Etats de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, qui vont, ensemble, ouvrir le dossier oh combien sensible du terrorisme.

Cadre géographique plus large que le G5 sahel, la Cédéao va-t-elle réussir à dénicher les moyens de tordre le cou au terrorisme alors que cette structure dédiée voulue par la France qu’est, justement, le G5 Sahel n’y est pas (encore) parvenue ? Le journal burkinabè Wakat Sera n’y croit guère, qui moque « ces rencontres où le champagne coule à souhait sur le caviar » alors que rougit le tableau au quotidien « du sang de ces milliers d’innocents, tombées sous les balles et mines assassines des terroristes [...] Les sommets et les forums ne se comptent plus tout comme, du reste, le chapelet des victimes ne cesse de s’allonger », soupire ce confrère ouagalais.

Une telle rencontre sera-t-elle vaine, comme le laisse entendre Wakat Sera ? « Le seul mérite de ce sommet de la Cédéao, en attendant que ses résultats surprennent agréablement, c’est que les Africains se rendent maintenant compte de la nécessité de prendre en charge leur sécurité, énonce ce journal bukinabè [...] Pourvu que le sommet extraordinaire de Ouagadougou soit un sommet plus et non un sommet de plus. »

Le chef de l’État du Niger Mahamadou Issoufou, lui, est déjà sur place à Ouagadougou, comme ses lecteurs peuvent le constater à la Une du journal nigérien Sahel Dimanche, où le président en exercice de la Cédéao qu’il est, passe les troupes en revue à se descente d’avion, aux côtés de son hôte, le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré. Sahel Dimanche précise également que Mahamadou Issoufou est arrivé en avance pour clôturer les travaux de la conférence « sur la chenille légionnaire d’automne », cet insecte qui ravage plus de 80 espèces de plantes, maïs, riz et sorgho notamment, et qui représente aussi une vraie menace pour les agriculteurs de la sous-région.

Mais le terrorisme, c’est une toute autre affaire, bien sûr, et le Président en exercice du Conseil des ministres de la Cédéao Kalla Ankourao l’a dit hier à Ouagadougou : « La problématique qui se pose à nous est de sa­voir si nous sommes ca­pables de venir à bout du terrorisme dans la région et dans quel délai », rapporte le quotidien ivoirien L’Intelligent d’Abidjan. Bonne question, en effet.

FPI - PDCI, le giga meeting

En Côte d’Ivoire, une partie de la presse hisse en Une le « giga-meeting » que l’opposition organise demain à Abidjan. À partir de 10h, au parc des sports de Treicheville, commune du sud de l’agglomération d’Abidjan, le PDCI d’Henri Konan Bédié, le FPI de Laurent Gbagbo et quelques autres formations d’opposition appellent à un grand rassemblement populaire. « Nous ferons une démonstration de force », dit un « cadre » du PDCI à la Une du journal indépendant L’Inter. Lequel quotidien signale que « 500 jeunes » seront mobilisés pour « aider à la sécurisation » de ce meeting.

« Malgré les coups bas du pouvoir, la rencontre (est) maintenue », clame le journal Le Bélier au sujet du « meeting PDCI-FPI », en référence à un contretemps opposé aux organisateurs de cette manifestation, qui projetaient initialement de réunir ce « giga-meeting » dans un stade d’Abidjan.

L’expression « giga meeting » barre également la Une du Nouveau Réveil. Ce quotidien proche du PDCI y affirme qu’à cette occasion, « Bédié et Gbagbo (se mettrons) ensemble pour sauver la Côte d’Ivoire ». Et sur cette même Une du Nouveau Réveil, Madame Odette Lorougnon, qui est en charge de la mobilisation, lance ce cri rassembleur aux militants : « Si vous aimez la Côte d’Ivoire, soyez au meeting ».

 

Quant au journal Aujourd’hui, il est encore plus enthousiaste puisqu’il qualifie carrément « d’historique » ce rassemblement de l’opposition ivoirienne.

 

De son côté enfin, le quotidien Le Temps, les jeunes seront sur le pont. « Grande opération de mobilisation de la JFPI et de la JPDCI ». Du reste, énonce ce journal proche de l’ex-président de la République Laurent Gbagbo, « 150 à 200 journalistes (sont) attendus à ce meeting ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.