Accéder au contenu principal
Chronique des médias

«Le Monde» bataille pour son indépendance

Audio 02:41
Le siège du journal français «Le Monde» à Paris.
Le siège du journal français «Le Monde» à Paris. FRED DUFOUR / AFP

Le quotidien Le Monde s’est mobilisé cette semaine dans une tribune signée par 460 journalistes pour obtenir un droit d’agrément en cas de changement de contrôle dans le capital du journal.

Publicité

La consigne a été donnée par Paul Benkimoun, le président de la société des rédacteurs du quotidien Le Monde : « faire du bruit, beaucoup de bruit ». Avec cette tribune publiée mardi dans le quotidien et signée par la totalité des journalistes de la rédaction, c’est un véritable bras de fer qui s’est engagé avec les actionnaires, ou plus exactement avec deux d’entre eux Matthieu Pigasse, le patron de la banque Lazard, et Daniel Kretinsky, l’industriel tchèque qui s’est emparé de 49% de la part détenue par le banquier. Avec cette part, le Tchèque est en mesure de prendre le co-contrôle du groupe de presse qui comprend aussi L’Obs, Télérama, La Vie ou Courrier international, car il dispose d’une option d’achat de la totalité des parts de Matthieu Pigasse.

D’où l’importance du combat de la rédaction qui ne dispose plus depuis deux ans de minorité de blocage. Réunis au sein d’un pôle « Indépendance », les personnels ne peuvent s’opposer à la recomposition du capital du Monde libre, la holding qui contrôle à 75% la société éditrice du quotidien et dans laquelle on retrouve Xavier Niel, le patron de Free, Matthieu Pigasse et Prisa. Le groupe espagnol s’apprête justement à vendre ses 20% à la société commune à Pigasse et Kretinsky, qui sortirait ainsi renforcée, sans que la rédaction n’en ait été informée.

D’où l’intérêt du droit d’agrément réclamé avant le 17 septembre aux actionnaires. Car le pôle des personnels pourra alors donner son accord en cas de changement de contrôle direct ou indirect, et cela change tout : il pourra récuser l’entrée d’un nouvel actionnaire et lui trouver un remplaçant aux conditions du marché. Si Niel a déjà signé, Matthieu Pigasse a de quoi hésiter, car un rachat sans perspectives n’a pas le même prix pour le Tchèque.

En attendant, les deux camps se mobilisent. Après avoir démontré le rôle de Kretinsky dans l’industrie polluante du charbon, Le Monde a publié une enquête expliquant qu'il avait rencontré des politiques français dans l’hypothèse d’une privatisation d’EDF, ce qui tend à montrer que son ambition est bien d’avoir de l’influence dans les affaires en France - il vient d’ailleurs de prendre près de 5% du groupe Casino.

De son côté, le Tchèque a fait à Paris le 5 septembre une véritable déclaration d’amour à la France, au journalisme et aux médias traditionnels pour sauver l’Europe du populisme. Pas sûr qu’il se soit fait entendre de la rédaction du Monde. Une rédaction qui a décidé de le prendre au mot. Une rédaction qui a certes déjà enquêté sur Free et son patron, mais dont on regrettera qu’elle n’ait pas mis autant d’ardeur à enquêter, par exemple, sur les relations entre Niel et Macron.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.