Accéder au contenu principal
7 milliards de voisins

Peut-on encore s’exprimer librement à l’heure des réseaux sociaux?

Audio 48:30
L’affiche de Cartooning for Peace pour l’exposition itinérante française.
L’affiche de Cartooning for Peace pour l’exposition itinérante française. Exposition Pédagogique Cartooning for Peace

En juin 2019, le quotidien américain The New York Times décidait de ne plus diffuser de caricatures de presse, suite au tollé provoqué par une caricature de Benjamin Netanyahu. La Grande-Bretagne vient, quant à elle, de bannir toute publicité sexiste. La bien-pensance et le politiquement correct prennent-ils le dessus sur les libertés d’expression et d’opinion ?

Publicité

- Michel Erman, philosophe, écrivain, professeur à l’Université de Bourgogne. Auteur de Aimons-nous encore la liberté ? (Éditions Plon)
- -Z-, dessinateur caricaturiste tunisien, membre de Cartooning for Peace
- Mamico, animatrice, chroniqueuse sur Urban Radio Sénégal et créatrice du groupe Facebook secret Femme Chic qui regroupe près de 156.000 femmes.

Et le reportage de Charlie Dupiot, Pub sexistes interdites au Royaume-Uni

À partir de quel moment peut-on parler de publicité sexiste ? Le débat tourmente le Royaume-Uni depuis quelques mois : depuis juin 2019 dans le pays, l'Autorité des standards de la publicité, une agence nationale, a le droit d'interdire des spots publicités qui véhiculeraient des clichés sexistes... Et l'Agence a déjà demandé la suspension de deux publicités en vidéo : l'une pour du fromage à tartiner, l'autre pour une voiture... Ces interdictions ont créé la controverse. Charlie Dupiot, notre reporter a joint la Directrice exécutive chargée des enquêtes, Catherine Drewett.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.