Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Pia Klemp, une capitaine au secours des migrants

Audio 19:30
Les deux capitaines du Sea Watch 3, Carola Rackete et Pia Klemp, sont devenues le symbole du sauvetage des migrants en Méditerranée.
Les deux capitaines du Sea Watch 3, Carola Rackete et Pia Klemp, sont devenues le symbole du sauvetage des migrants en Méditerranée. REUTERS/Guglielmo Mangiapane

Et l’on reparle à nouveau d’un plan de répartition des migrants en Europe. Les quatre ministres de l’Intérieur qui se sont réunis à Malte, cette semaine, l’ont remis sur la table.Le ton change. Côté italien notamment, avec la nouvelle coalition au pouvoir. On est loin des outrances de ces derniers mois qui avaient vu le blocage des ports italiens, et l’arrestation des capitaines de navire sauvant des migrants.Deux jeunes femmes avaient alors fait figure d’héroïnes Carola Rackete et Pia Klemp. Cette dernière capitaine du Sea watch3 sort, ces jours-ci, un livre en Allemagne. Julien Méchaussie à Berlin l’a rencontrée.Et en Italie, on l’a dit, la fin de la coalition au pouvoir, le départ du parti xénophobe de la Ligue, et de son ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, inaugurent une nouvelle approche de la politique migratoire. En tout cas, au niveau national, car au niveau régional certaines villes résistent depuis longtemps. C’est le cas à Palerme en Sicile, où le maire tient un discours en faveur de l’intégration des migrants. Les explications de Cécile Debarge.

Publicité

Brexit, le Parlement est de retour
Atmosphère de crise politique, une fois de plus a-t-on envie d’ajouter, à Londres. Alors que les députés reprennent le chemin du Parlement. La Cour suprême a, en effet, estimé hier (24 septembre 2019) que la supsension de la Chambre des communes, décidée par le Premier ministre Boris Johnson était illégale. En clair, contraire aux principes démocratiques du pays.
Une décision majeure, un camouflet pour le chef du gouvernement. Et une décision qui est l’œuvre de deux femmes. Lady Hale, la présidente de la Cour et Gina Miller, femme d’affaires pro-européenne qui a, par deux fois, saisi les tribunaux pour que ce Brexit se fasse avec la consultation du Parlement.

Rentrée des classes chaotique à Varsovie
Et la rentrée, ce n’est pas seulement pour les ministres de l’Intérieur européens, mais aussi pour les élèves en Pologne. Et autant dire que ça se passe mal.
Le gouvernement a lancé dans l’urgence une vaste réforme. Autant dire un grand chambardement.
Le collège a été supprimé, l’école primaire et le lycée rallongés pour compenser. Résultat : les lycées accueillent beaucoup plus d’élèves que l’année dernière. Manque de salles, couloirs bondés, cafétérias surchargées, emplois du temps bouleversés. La situation est chaotique, comme l’a constaté Thomas Giraudeau dans les établissements de Varsovie.

«En un mot», c’est notre nouvelle chronique du mercredi
Un mot intraduisible, mais qui nous en dit long sur le pays qui l’utilise souvent, dans le langage courant.
Cette semaine, on va en Croatie et on vous parle du Uhljeb, disons-le carrément, on parle là d’un planqué, qui a un beau poste dans le service public, grassement payé, mais qui ne travaille pas ou si peu… en français, on pourrait parler de placard doré. C’est la chronique, depuis Zagreb, de Giovanni Vale.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.