Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Pic de saturation dans les services d'urgences en Irlande

Audio 03:07
Les services d'urgences sont saturés en Irlande. Sur la photo, les deux principaux bâtiments de l'hôpital Beaumont de Dublin (illustration).
Les services d'urgences sont saturés en Irlande. Sur la photo, les deux principaux bâtiments de l'hôpital Beaumont de Dublin (illustration). RavensFists/wikimedia.org

En Irlande, les urgences débordent. Le nombre de patients en attente d’un lit, sur un brancard, dans un couloir, a atteint des sommets au mois de septembre, selon des chiffres publiés cette semaine. Le pire mois jamais enregistré dans l’île.

Publicité

De notre correspondante à Dublin,

Dix mille six cents patients ont dû attendre aux urgences, sur un brancard, qu’un lit se libère dans un service adéquat. Rien que pour la journée de lundi, ils étaient plus de 550. Le problème, c’est que ces conditions d’accueil ne sont pas rares et que c’est de pire en pire.

Au début de l’année, le « record », c’était 81 patients en attente sur une journée. Ce nombre a été atteint quatre fois en 2019… Et a même été dépassé, à Limerick cette semaine.

Le plus inquiétant pour les syndicats hospitaliers, c’est que nous ne sommes qu’au début octobre. L’épidémie de grippe n’a pas commencé. Et elle s’annonce sévère cette année, au vu de ce qui s’est passé cet hiver en Australie. Les personnels hospitaliers craignent de ne pas réussir à faire face.

Tous les hôpitaux sont concernés ?

Surtout, les hôpitaux universitaires dans les grandes villes, statistiquement, accueillent plus de monde. Les hôpitaux pédiatriques, à l’inverse, comptent moins de patients en attente. Le mois dernier, il y avait quand même une centaine d’enfants sur des brancards.

La surpopulation hospitalière concerne surtout les personnes âgées, à la santé plus fragile. Et là, c’est inquiétant, parce que l’Irlande n’a pas encore entamé, contrairement à la France, le vieillissement de sa population. Le pire est donc à venir : il s’agit pour le système hospitalier irlandais de s’adapter.

Pour trouver des solutions, encore faut-il identifier les problèmes

Ils font un peu écho à ce qu’on connaît en France : manque de lits dans les services, et gros, gros manque de personnels. Pour des raisons budgétaires, le gouvernement a gelé les embauches au printemps dernier. Pour compenser, l’hôpital irlandais fait donc appel à des intérimaires.

L’État a dépensé près de 100 millions d’euros en contrats d’intérim cette année. De quoi attiser la colère des fonctionnaires en blouse blanche, qui préféreraient que cet argent soit dépensé en embauches.

Il y a également une spécificité irlandaise. À travers l’île, plus de 700 lits d’hôpital sont indûment occupés. Ce sont des patients qui ont été hospitalisés, qui pourraient quitter l’hôpital, mais comme il n’y a pas non plus de place en centre de rééducation, ni assez d’aides à domicile disponibles… ils ne peuvent pas sortir de l’hôpital en toute sécurité. Donc ils y restent, et ça bouchonne…

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.