Accéder au contenu principal
Chronique transports

Cannes en croisade contre la pollution des navires

Audio 02:38
Le bateau de croisière MSC Fantasia au large de Cannes, le 7 mai 2018.
Le bateau de croisière MSC Fantasia au large de Cannes, le 7 mai 2018. LOIC VENANCE / AFP

Bataille après bataille, le maire de Cannes gagne sa guerre contre le mauvais carburant des paquebots croisières. Ces deux dernières années, il a convaincu 13 des plus grandes compagnies internationales de signer une charte de bonne conduite. Reportage.

Publicité

Parmi les contraintes imposées : réduire le soufre dans les moteurs et faire accoster les passagers avec des navettes propulsées au gaz naturel. En cas d'infraction, le maire de Cannes interdit aux touristes de débarquer. Pour s'être inspiré des exemples des pays scandinaves, le maire de Cannesa reçoit les félicitations des organisations mondiales de protection de l'environnement.

« Alors ne me faites pas dire ce que je ne dis pas ! Je ne suis pas contre les croisières, je suis contre la pollution ! », déclare un peu agacé, David Lisnard, le maire de Cannes, à l'origine de cette croisade contre les mauvais capitaines de navires.

« Il faut savoir que les paquebots n'arrivent pas dans mon port, mais restent au large, en rade de Cannes. J'ai donc à faire face à trois types de pollution : la destruction des fonds marins par les ancres et les énormes chaînes des bateaux, la pollution des eaux à cause des dégazages et enfin la plus visible, celle des fumées azotées. Toutes ces pollutions entraînent des dégradations de l'environnement et pour les humains des maladies respiratoires et cardiaques. »

L'an dernier, l'organisation non gouvernementale Transport et Environnement s'est donné un défi. Suivre des paquebots de croisières pendant un an pour mesurer la pollution des côtes méditerranéennes. Ils en ont eu la preuve, le navire avec son carburant moins raffiné que celui de la voiture pollue 15 fois plus que l'automobile.

Avec parmi les plus touchés avant la France, les ports espagnols, italiens et grecs. A l'ONG Transport et Environnement, l'initiative du marie de Cannes est saluée, et on espère que tous les dirigeants politiques en Europe suivront son exemple.

« Nous avons suivi deux cents bateaux. A eux seuls, ces deux cents paquebots ont émis autant de particules toxiques que des petits pays comme le Luxembourg ou Malte et Chypre », affirme l'auteur de l'étude de Transport et Environnement. Et d'ajouter :« En réalité, en Europe, et surtout en ce qui concerne les zones portuaires de la Méditerranée, il existe des réglementations pour tout : l'avion, la voiture le train, mais rien n'est fait pour les croisières. »

Moins de pollution signifie évidemment moins de particules fines, donc moins de maladies cardio-vasculaires pour les humains. Pourtant, en matière de croisières, ce ne sont pas les personnes à terre qui respirent le plus de fumées toxiques, ce sont bien les passagers eux-mêmes.

Interrogée pour savoir si elle y pense, cette passagère nous répond : « Non !, rétorque-t-elle. Elle explique : C'est au retour quand j'ai vu des reportages sur la pollution des navires de croisière à la télévision que je me suis dit qu'en fait nous avons bien fait de voyager sans avoir eu cette idée dans la tête. Je ne regrette pas ma croisière, mais je pense que si j'avais vu ce reportage avant de partir, j'aurais pu hésiter. Mais vous savez, sur le paquebot, on oublie tout... On voit une fumée noire à l'arrière si vraiment on y fait attention. Mais avec les distractions, les spectacles, la piscine, il règne un esprit de vacances. Tout est fait pour faire oublier les choses graves et, moi, franchement je n'avais pas envie d'y penser ! »

L'an dernier, ce fut une première en France, un capitaine de navire a été condamné pour avoir utilisé du fuel non raffiné pas cher et extrêmement polluant. Outre le taux de soufre réduit à 0,1%, le maire de Cannes veut faire changer la loi sur les transports de la mer. Pour arriver à ses fins, David Lisnard vient de rencontrer le Premier ministre. Il lui demande d'étendre le champ d'action de la police portuaire limitée jusqu'ici à 300m. La réponse est incertaine puisque par crainte de voir les touristes changer de destinations, les autres grands ports français ne se sont toujours pas prononcés.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.