Accéder au contenu principal
Chronique transports

Livraisons par drones

Audio 02:36
L'utilisation croissante de drones militaires, commerciaux et pour le divertissement pourrait entraîner des collisions entre ces appareils sans pilote et des avions de ligne.
L'utilisation croissante de drones militaires, commerciaux et pour le divertissement pourrait entraîner des collisions entre ces appareils sans pilote et des avions de ligne. AFP PHOTO/MARTIN BERNETTI

C'est une 1e mondiale ! En tout cas dans l'histoire de l'aviation américaine. Le 1er octobre dernier, l'entreprise de transport UPS annonçait son autorisation de faire voler ses drones chargés de colis au-dessus de l'ensemble du territoire. Mais attention, pas à n'importe quelles conditions : livraisons médicales, de vaccins ou de poches de sang avec des vols effectués essentiellement la nuit et au-dessus des villes. Une pratique inédite aux États-Unis, mais déjà présente en Afrique.

Publicité

Soins intensifs, premiers secours. Aucun doute là-dessus, c'est en mettant en avant la carte santé que l'entreprise postale UPS a convaincu l'aviation civile. Avec ce permis, inédit dans l'histoire de l'aéronautique aux États-Unis, les engins d'UPS vont voler essentiellement de nuit pour rejoindre des laboratoires et des hôpitaux.

Voilà pour l'actualité américaine. Ce que l'on sait moins, c'est que les plus avancés en matière de livraisons par drones, là encore essentiellement médicales, ce sont les Africains.

Zipline, et ses sauts de grenouilles au-dessus d'hôpitaux en hôpitaux

Le Rwanda d'abord qui a été le premier pays à généraliser l'usage du drone, suivi du Ghana qui entend le développer dès 2020. En Afrique, c'est l'entreprise Zipline qui détient le marché du transport par drones. Le Dr Berkley en fait d'ailleurs la promotion dans ses interviews diffusées sur internet.

« Les drones sont primordiaux en Afrique pour livrer des centres de soins éloignés. Éloignés géographiquement, mais aussi par des aléas climatiques. C'est le cas lors de périodes de mousson ou d'éboulements ou d'inondations. L'autre avantage, c'est de pouvoir suivre des familles venues une fois à l'hôpital et qui, une fois retournées chez elles, ne peuvent plus revenir aussi facilement avec les enfants par exemple. Donc, grâce aux drones, nous pouvons leur apporter les vaccins et en plus, en temps voulu sans les retards des transports en commun. C'est un avantage pour conserver la chaîne du froid. »

D’une taille d’insecte au mastodonte de plusieurs tonnes.

Du nanodrone de la taille d'une libellule au macro drone, près de sept tonnes pour des engins de surveillance militaire, ces engins sont promis à un avenir radieux. C'est en tout cas l'avis d'Olivier Réa. Cet expert de la société Thales résume d'ailleurs le drone en disant :

« Pour penser drone, pensez hélicoptère, mais en plus petit, en plus léger et en moins cher ! En Afrique, les besoins de rejoindre des zones escarpées et lointaines sont gigantesques, c'est donc là que le marché va exploser. Mais partout ailleurs aussi avec en Europe par exemple, les pompiers qui utilisent les drones dans des opérations sur l'incendie de Notre-Dame ils ont beaucoup servi. En Australie, les engins servent pour les sauveteurs de nageurs en perdition et même pour l'étude et le sauvetage des crocodiles dans des marais injoignables pour l'homme. Cependant, il ne faut pas voir dans les drones, la solution miracle ! Les distances parcourues sont assez limitées, entre 50 et 100 km. Les machines existantes connaissent des limites techniques et de sécurité évidente. »

Les routes du ciel à redessiner

L'émancipation des circulations de drones pose néanmoins deux problèmes majeurs : la cohabitation avec les avions dans le ciel et.... le bruit ! Alain Borri s'est spécialisé dans les nouveaux transports au sein de la société BP2R à Paris. Il ne croit pas du tout au succès annoncé du courrier volant.

Les aiguilleurs du ciel ont commencé cette course à l'assurance d'un trafic sécurisé du ciel de demain. Parce que oui, demain les couloirs aériens seront chargés entre les vols de drones et d'avions de grande ligne. Aux États-Unis, UPS fait des envieux. Les entreprises de ventes en ligne Amazon et Uber ont déposé leur dossier, elles attendent leur autorisation de vols.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.