Accéder au contenu principal
Si loin si proche

Un monde de wax (2/2)

Audio 48:30
Dans les ateliers de Pathé'O à Abidjan. Le styliste référence du textile en Afrique, a longtemps travaillé le wax et se tourne désormais vers les textiles tissés et teints africains.
Dans les ateliers de Pathé'O à Abidjan. Le styliste référence du textile en Afrique, a longtemps travaillé le wax et se tourne désormais vers les textiles tissés et teints africains. © RFI/Vladimir Cagnolari

Des marchés d’Afrique de l’Ouest aux échoppes de Château-Rouge à Paris, en passant aujourd’hui par les défilés des plus grands créateurs de mode, le wax est un tissu qui attire l’œil, suscite l’engouement autant que le débat. En Afrique, ce textile imprimé au moyen de cire (d’où son nom : wax), aux couleurs vives et aux motifs très parlants, demeure le plus couru du continent.

Publicité

Tissu emblématique né au temps colonial, le wax est un produit d’importation qui a voyagé de l’Asie vers l’Europe, pour terminer sa course en Afrique. Là, il s’est peu à peu installé pour être adopté sur le continent au point de se confondre avec un tissu « africain ».

Pendant deux semaines, on vous emmène sur notre route de la soie à nous : celle du wax. Une route, des routes qui nous révèlent un monde de négoce et de jeux d’influence assez subtils entre ceux qui le portent et ceux qui le fabriquent. Un monde de colons missionnaires et de femmes africaines émancipées. Un monde d’étoffes aux allures de messages codés ou de vecteur identitaire, objets d’étude, de contrefaçons et de passions.

Dans ce second épisode, on se penche sur les symboles et les usages attachés à ce pagne, tour à tour politique, religieux ou culturel. Toujours en compagnie d’Anne Grosfilley, chercheuse et collectionneuse de tissus africains, entre les tailleurs de Paris et les tisserandes de Ouagadougou, des ateliers du grand styliste burkinabè d’origine et ivoirien d’adoption Pathé’O, au show-room parisien du créateur camerounais Imane Ayissi qui, chacun à leur manière, défendent un autre visage de la mode africaine... Car derrière les piles de wax, se cache une multitude de textiles, d’artisans et de savoir-faire 100% africains.

Un grand reportage en deux épisodes de Vladimir Cagnolari.

Pour écouter le premier épisode : Un monde de wax (1/2)

Pour prolonger le voyage :

Couverture du livre Wax, 500 tissus d'Anne Grosfilley.
Couverture du livre Wax, 500 tissus d'Anne Grosfilley. Éditions de la Martinière

- Plongez-vous dans le dernier ouvrage, très instructif et richement illustré, d’Anne Grosfilley, anthropologue et auteure de Wax, 500 tissus, aux éditions La Martinière. En ligne, on retrouve également cet article Récits de vie, tissus d’ailleurs. Anne Grosfilley sera à Abidjan pour présenter son dernier livre, à la Fnac Cap Sud, le 23 octobre 2019 à 18h.
- À Paris, il existe plein de revendeurs de wax et des tailleurs dans le quartier de Château-Rouge. Plus à l’est de la capitale, poussez la porte de la styliste Paule-Élise Kouassi et sa boutique Koupe Splendeur, depuis 20 ans dans le wax et les tissus africains plus largement. Côté création, beaucoup de jeunes issus de la diaspora, comme Natacha Baco styliste parisienne née au Congo Brazza, s’emparent aujourd’hui du wax, souvent comme un emblème « d’africanité » tout en l’adaptant à des modèles modernes et urbains.
- Sur le marché Dantokpa de Cotonou, à Assigamé à Lomé ou sur le marché aux tissus de Kinshasa, on trouve des pagnes africains et des wax en pagaille. Sur le marché Niger de Conakry, vous croiserez peut-être le styliste et tailleur Youssouf Kane qui y a guidé Raphaëlle Constant.
- Référence dans la création textile en Afrique, Pathé’O a longtemps travaillé le wax et se tourne désormais vers les tissés africains. Pour découvrir le travail de Pathé’O.
- Il y a aussi les créations haute-couture de Imane Ayissi, qui défend un luxe à l’africaine, à partir des savoir-faire du continent. Pour en savoir plus sur sa trajectoire, écoutez aussi l’émission que lui a consacré En sol majeur sur RFI
- À Abidjan en Côte d’Ivoire, Uniwax, usine filiale du géant hollandais du wax Vlisco, produit plus de 23 millions de yards, soit 21 millions de mètres wax par an. Sur le site d’Uniwax, vous pourrez désormais personnaliser votre pagne.
- Approfondissez ici vos connaissances sur l’histoire de la production du wax. Article en anglais.
- Lisez Les Nanas Benz de Lomé, un article de Comi Toulabor sur le site de Cairn. Il présente l’évolution de la position de ces femmes, longtemps incontournables dans la distribution et la diffusion de ce célèbre imprimé en Afrique de l’Ouest, et même en Afrique Centrale.
- Regardez le reportage de France 24 sur la nouvelle génération de Nana Benz au Togo : les « Nanettes ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.