Accéder au contenu principal
Grand reportage

En Afrique du Sud, la danse comme arme de contestation

Audio 19:30
Des partisans de l’ancien président sud-africain Jacob Zuma acclament, dansent et chantent devant House Hill, lors de la comparution de l’ancien président sud-africain à la Commission Zondo à Johannesburg, le 15 juillet 2019.
Des partisans de l’ancien président sud-africain Jacob Zuma acclament, dansent et chantent devant House Hill, lors de la comparution de l’ancien président sud-africain à la Commission Zondo à Johannesburg, le 15 juillet 2019. AFP/Guillem Sartorio

En Afrique du Sud, la danse est plus qu’un héritage traditionnel ou un divertissement : elle est un outil politique et contestataire, et le mouvement fait partie de la culture de la lutte. 

Publicité

Omniprésente dans les manifestations contre le pouvoir blanc du temps de l’apartheid, la danse a aussi permis à des générations de construire une identité propre aux townships, où les populations noires ont été déplacées, une identité hors des cases que l’on souhaitait leur imposer.
Aujourd’hui encore, le geste, la pantomime, le rythme, permettent de faire passer des messages, de se détacher de la culture dominante, et de se réinventer.
«En Afrique du Sud, la danse comme arme de contestation», un Grand reportage signé Claire Bargelès.

(Rediffusion du 2 octobre 2019).

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.