Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

À la Une: une nouvelle semaine délicate s’annonce en Guinée

Audio 04:13
Le leader d’opposition Cellou Dalein Diallo lors d’un meeting à Conakry le 4 octobre 2017.
Le leader d’opposition Cellou Dalein Diallo lors d’un meeting à Conakry le 4 octobre 2017. Cellou Binana/AFP

Publicité

Plusieurs marches de l’opposition sont de nouveau prévues, la plus importante jeudi à l’appel du Front national pour la défense de la Constitution, le FNDC, déjà à l’origine des manifestations de la semaine passée qui ont fait au moins neuf morts et dont plusieurs dirigeants risquent des peines de prison. Et le mouvement « n’entend pas lâcher du lest » explique Le Lynx. Il veut mettre le pouvoir face à ses contradictions : « Le gouvernement clame partout que le droit à la manifestation n’est pas interdit » rappelle le journal.

Les membres du FNDC devraient donc déposer ce lundi des avis de rassemblement auprès des autorités explique Conakry Infos. Le site d’information, comme plusieurs journaux, rapporte les propos du chef de l’opposition Cellou Dalein Diallo : « C’est dur mais il faut continuer le combat ».

L’opposition qui entend également mettre la pression sur le pouvoir en déposant des plaintes à l’international, note GuinéeNews.org. Le FNDC espère également obtenir l’interdiction de séjour aux États-Unis et en Europe pour ceux que le Front tient responsable de la répression des manifestations.

Le pouvoir lui « ne décolère pas » selon Le Lynx qui revient sur la réunion du parti RPG Arc-en-ciel ce week-end. Une réunion durant laquelle le parti du président Alpha Condé a d’un côté appelé à des enquêtes accélérées sur les morts de manifestants et observé une minute de silence en mémoire des victimes mais a aussi dénoncé la stratégie du FNDC. Le RPG regrette ainsi « qu’il y ait des Guinéens qui décident de marcher sur les cadavres d’autres Guinéens pour arriver au pouvoir ».

Bref, les tensions restent fortes même si, selon Guinée Matin, « de plus en plus de voix s’élèvent pour proposer des solutions de sortie de crise. »

Le quotidien cite ainsi l’un des dirigeants de l’UPR, parti du ministre Bah Ousmane, allié de longue date d’Alpha Condé. Selon lui, « les discours va-t-en guerre ne peuvent pas résoudre les problèmes. Il faut que le pouvoir fasse une concession en libérant les prisonniers du FNDC ».

Au Togo, c’est désormais officiel, Jean Pierre Fabre se lance dans la bataille de la présidentielle

« Sans surprise » selon le site d’information ALomé.com., Jean-Pierre Fabre a été investi par son parti l’Alliance nationale pour le changement.

Mais cette candidature, la troisième pour l’opposant historique au président Faure Gnassingbé, ne fait pas l’unanimité dans la presse, loin de là. Le Temps titre ainsi « Voilà pourquoi Jean-Pierre Fabre ne peut pas gagner la présidentielle 2020 » dans un article pointant « le manque de stratégie » du candidat. Le texte revient notamment sur les atermoiements de Jean-Pierre Fabre lors du bras de fer entre le pouvoir et la plateforme de l’opposition C14 à l’automne 2017.

Le journal burkinabé Aujourd’hui au Faso doute également de la capacité de Jean-Pierre Fabre à conquérir le pouvoir. Le quotidien rappelle ainsi qu’en 2010 et 2015, il n’avait pas réussi à passer le cap des 40 % des voix et que « comme les présidentielles togolaises se suivent et se ressemblent », la défaite semble inéluctable.

Mais c’est surtout l’émergence de Tikpi Atchadam qui menacerait « L’Obama togolais » comme l’appelle Aujourd’hui au Faso. Le leader du PNP, à la pointe de la contestation ces deux dernières années, séduit, notamment la jeunesse. Le journal se demande donc si « comme sous d’autres cieux, les Togolais n’auraient pas envie d’expérimenter des politiques non professionnels ».

Enfin la presse malgache rend hommage à une célébrité disparue ce week-end

« Fafah, la voix d’or, est partie rejoindre les étoiles » titre MadaPlus.

Fafah, c’était le chanteur principal du groupe Mahaleo, très populaire sur la Grande Île depuis les années 1970. « Il était ce que John Lennon était aux Beatles » explique L’Express, « celui qui sublimait toutes les chansons de Mahaleo », une formation aux textes engagés, ce qui lui avait valu sa popularité.

Des rumeurs sur son état de santé couraient depuis la semaine passée après que Fafah avait dû renoncer à se produire avec le groupe. Outre les médias, les réseaux sociaux se répandent en hommage depuis dimanche envers celui que le site d’information Moov qualifie « d’une des plus grandes voix malgaches ». Beaucoup de partages notamment d’un des succès de Mahaleo, la chanson Tsy Misy Ny Doria, traduction « Rien n’est éternel ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.