Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

La Russie de Vladimir Poutine, un modèle pour le Hongrois Viktor Orban

Audio 03:05
Vladimir Poutine (g.) et Viktor Orban à Budapest, le 2 février 2017.
Vladimir Poutine (g.) et Viktor Orban à Budapest, le 2 février 2017. REUTERS

Vladimir Poutine et Viktor Orban se recontrent pour la septième fois depuis que le Premier ministre hongrois est retourné au pouvoir en 2010.

Publicité

Juste après son élection, Viktor Orban avait fait son premier voyage officiel à Moscou pour rencontrer Vladimir Poutine. Le chef de l’État russe semble être un modèle pour l’homme fort de la Hongrie. Aujourd’hui, l’influence russe est de plus en plus forte en Hongrie. En neuf ans de pouvoir, Viktor Orban a « poutinisé » la Hongrie.

Les signes de cette poutinisation

Le Premier ministre Viktor Orban a fait les mêmes réformes que son modèle russe. Il a fait voter des lois attaquant les ONG, la liberté de la presse, la liberté religieuse ou encore l’indépendance de la Cour constitutionnelle. L’influence russe est aussi très visible dans la parole publique. La droite hongroise reprend systématiquement la communication du Kremlin. Par exemple, au moment de la révolution en Ukraine, la droite d’Orban a relayé la thèse selon laquelle les manifestants de la place Maïdan étaient des terroristes payés par les États-Unis. Elle a aussi critiqué un rapport de la CIA qui concluait que la Russie était intervenue pour aider l’élection de Donald Trump.

Ces thèses du Kremlin sont abondamment relayées par l’empire médiatique bâti par Viktor Orban. Un empire qui diffuse des informations venant de médias très proches du Kremlin, comme Sputnik ou Russia Today. Ces médias hongrois font souvent un copier-coller sans même changer une virgule.

Selon plusieurs observateurs, la Hongrie serait devenue le cheval de Troie du Kremlin en Europe. Ils citent le fait que le Premier ministre hongrois a mis son veto à des réunions de l’Otan, qui devaient traiter de la guerre en Ukraine. Ce jeu diplomatique profiterait à Vladimir Poutine.

Des suspicions sur la présence des services secrets russes

La Banque internationale d’investissement, une mystérieuse banque russe, est suspectée d’être une branche des services secrets russes, ce qui a pour conséquence d'inquiéter les États-Unis.

Mardi, l’ambassade américaine à Budapest a déclaré : « La Russie peut utiliser la présence de cette banque en Hongrie pour introduire des acteurs russes malveillants au sein de l'espace Schengen ». Ces soupçons sont renforcés par le profil du directeur de cette banque. Nikolai Kosov est l’héritier d’une famille d’espions. Son père, sa mère et son grand-père ont travaillé pour le principal service de renseignement de l'URSS post-stalinienne KGB.

Selon le gouvernement hongrois, cette banque va apporter à ses actionnaires, dont la Hongrie fait partie, de nouvelles opportunités économiques. Pour l’opposition hongroise, c’est un nid d’espions au service de Vladimir Poutine qui s’installe en Hongrie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.