Accéder au contenu principal
Aujourd'hui l'économie

Un fabricant de nouilles veut faire du Nigeria le «hub» de l’Afrique de l’Ouest

Audio 04:15
Le projet Lekkiport au Nigeria (capture d'écran).
Le projet Lekkiport au Nigeria (capture d'écran). © lekkiport.com

Le Nigeria ambitionne de se doter du plus grand port en eau profonde de toute l’Afrique de l’Ouest avec le projet de Lekki, situé à 60 km de Lagos. C’est un fabricant de nouilles, le groupe Tolaram, qui en est le promoteur. Il vient de boucler son financement grâce à la Chine.

Publicité

Une fois encore en Afrique, c'est la Chine qui finance et qui construit. La Banque de développement de Chine prête 600 millions de dollars et l’entreprise publique d’installation portuaire met 400 millions de dollars sur la table contre une participation dans le capital et le contrat pour la réalisation de l'infrastructure.

Le rôle des Chinois est déterminant, mais il s'arrête là : le Français CMA-CGM a été retenu pour gérer le terminal dédié aux conteneurs par le promoteur du projet, Tolaram, celui qui l'a porté, développé, avec l'État de Lagos et les autorités portuaires nigérianes. Un acteur à première vue inattendu.

Tolaram est une société singapourienne inconnue du grand public nigérian. En revanche, le produit qui a fait sa fortune est plébiscité par les Nigerians. « Indomié », c'est le nom de ces nouilles instantanées introduites il y a plus de 30 ans au Nigeria et qui sont aujourd'hui entrées dans toutes les cuisines du pays. Tolaram détient les trois quarts de ce marché. Bien loin devant Nestlé.

Ce groupe très diversifié est devenu au Nigeria un poids lourd de l'industrie agroalimentaire.

L'entreprise est régulièrement citée en modèle pour la façon dont elle a investi en Afrique. En 1988, il fallait avoir de l’estomac pour se lancer dans le commerce d'un produit totalement inconnu des Nigérians, dans un pays alors dirigé par les militaires et où le PIB par habitant était deux fois moins élevé qu'aujourd'hui.

Parce qu’il était bon marché, facile à cuisiner, ce paquet de nouilles a très vite été adopté par les citadins et les Nigérians ont oublié qu’il était sans rapport avec la cuisine locale, puisqu’il était à l'époque importé d'Indonésie. Quand les ventes ont décollé, Tolaram a ensuite ouvert sa première usine nigériane, en 1995.

Progressivement, Indomié est devenu un produit entièrement fabriqué sur place. Tolaram a aujourd'hui 18 usines au Nigeria pour produire les pâtes, mais aussi de l'huile de palme, du lait avec une entreprise danoise, ou encore des céréales pour le petit-déjeuner avec Kellogs.

Qu’est-ce qui prédispose ce fabricant de pâtes à gérer un port ?

Pour réussir au Nigeria, Tolaram a choisi de maîtriser toute la chaine du produit, de sa fabrication jusqu’à sa livraison en passant par sa distribution. Il a un millier de distributeurs exclusifs à travers le pays et 600 000 détaillants. Pour faire tourner ses usines, il a au besoin apporté l’eau, l’électricité, la gestion des ordures. Il s’est également doté d’une flotte de camions livrant à travers tout le pays.

C’est donc une entreprise prospère qui connait parfaitement tous les maillons de la logistique et tous les arcanes des affaires nigérianes. En se lançant dans l'activité portuaire, le groupe réalise un changement d'échelle notable : le port de Lekki, c'est un investissement d'1 milliard, soit l'équivalent de son chiffre d'affaires annuel. Et Tolaram voit grand ; ce qui l'intéresse avec le port, c'est la gestion de la zone franche de 800 hectares qui l'entoure.

►En bref

Les ennuis continuent pour Boeing, une cinquantaine de ses appareils sont immobilisés à cause de fissures structurelles.

Une avarie repérée sur le 737 NG après le passage en revue d'un millier d'avions. L'inspection a été ordonnée par l'agence américaine de l'aviation sur tous les appareils ayant effectué plus de 30 000 vols. Mais la compagnie australienne Quantas vient de clouer au sol un 737 NG avec moins de vols à son compteur. C'est un nouveau problème de sécurité pour l'avionneur américain, mis en cause pour les deux catastrophes du 737 MAX.

Pour le sixième mois consécutif, l'activité industrielle chinoise est en net repli.

Elle a encore baissé au mois d'octobre et beaucoup plus que ce qu'avaient anticipé les analystes. L'atelier du monde est plombé par la guerre commerciale avec les États-Unis, et même si un pré-accord est conclu prochainement comme on s'y attend, il restera durablement affecté par ce conflit.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.