Accéder au contenu principal
Le monde en questions

Procédure d'impeachment, une réelle menace pour Donald Trump?

Audio 03:01
Une série d'auditions est nécessaire avant le vote pour l'éventuel impeachment.
Une série d'auditions est nécessaire avant le vote pour l'éventuel impeachment. REUTERS/Joshua Roberts

Retour sur le vote de la Chambre des représentants aux États-Unis, qui a formalisé l’enquête contre Donald Trump dans le cadre de l'enquête ukrainienne. Le président américain est-il menacé de destitution ?

Publicité

La réponse est sans doute non. Nous allons voir pourquoi. Mais on peut dire qu’avec ce vote à la Chambre des représentants, on entre dans le vif du sujet. Un vote très clivé politiquement, avec 231 représentants démocrates sur 234 qui ont voté pour – et tous les républicains qui ont voté contre. Il s’agit de donner un cadre officiel à l’enquête sur l’abus de pouvoir dont est soupçonné Donald Trump. Le 25 juillet dernier, lors d’un entretien téléphonique, le président des États-Unis a demandé à son homologue ukrainien d’enquêter sur les activités de la famille Biden dans son pays, alors que Joe Biden pourrait être son opposant dans quelques mois pour la course à la Maison Blanche.

Trump assume, les républicains expliquent que le président, responsable des deniers publics, peut bien se renseigner, y compris à l’étranger, sur des cas présumés de corruption, même s’ils concernant des puissants ou des ambitieux. Les démocrates, Nancy Pelosi en tête, crient donc à l’abus de pouvoir, au mépris des intérêts de la Nation pour des intérêts personnels et politiques. Il s’agit de la défense de la démocratie, de la Constitution des pères fondateurs. Il s’agit de la vérité, en aucun cas de basse politique, a expliqué madame Pelosi.

Première phase d'auditions

Le président n’est pas au-dessus des lois, il n’est pas un monarque : s’il est soupçonné d’être défaillant, de ne pas respecter les principes constitutionnels, eh bien, il doit faire l’objet d’une enquête. D’où la première phase d’auditions à huis-clos, qui a déclenché la fureur des républicains. C’est pour faire taire ces critiques que les démocrates viennent de voter la résolution qui prévoit notamment que les auditions désormais seront publiques et que le camp Trump pourra publiquement aussi se défendre et présenter ses témoins.

Attention : ce vote ne concerne pas une déclaration d’impeachment du président. Cette phase interviendra dans quelques semaines, à l’issue précisément des auditons publiques qui viennent d’être décidées, et qui permettront à la commission judiciaire de la Chambre des représentants de se faire un avis complet sur les accusations d’abus de pouvoir qui pèsent contre Trump. Si oui, elle proposera alors à la Chambre un vote pour déclencher l’impeachment.

Dévoiement pour les uns, chasse aux sorcières pour les autres

Cet impeachment, s’il est voté par les représentants, équivaudra alors à une mise en accusation du président. Et son renvoi devant le Sénat qui devra alors voter, aux deux tiers, sur sa destitution. Une hypothèse qui semble improbable – les républicains ont la majorité au Sénat.

Et c’est là qu’on retrouve la politique à un an maintenant de l’élection présidentielle aux États-Unis. Les deux camps se livrent d’ores et déjà un combat devant l’opinion publique : les démocrates veulent marteler que Donald Trump n’est pas digne de la fonction, qu’il dévoie la Constitution. Les républicains et Trump répètent qu’il s’agit d’une chasse aux sorcières, d’une procédure irrégulière à la Chambre des représentants. Que les démocrates veulent détruire le président parce qu’il fait du bon travail. Une chose est sûre : avec ce vote, le combat pour l’élection de 2020 est lancé – et entre les deux camps, il s’annonce terrible.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.