Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le retour de la Malaisie ne fait pas trembler le marché de la bauxite

Audio 01:49
Un camion transportant du bauxite dans une mine de Bukit Goh, dans l'État du Pahang, en Malaisie.
Un camion transportant du bauxite dans une mine de Bukit Goh, dans l'État du Pahang, en Malaisie. AFP/MANAN VATSYAYANA

La Malaisie relance les exportations de bauxite après quatre ans d'embargo. Mais le pays asiatique ne risque pas de détrôner les nouveaux champions de cet ingrédient de l'aluminium.

Publicité

Le redémarrage de trois mines de bauxite est à l'étude dans le sud-est de la Malaisie et c'est une première depuis le 1er janvier 2016. À l'époque, les autorités malaisiennes décident de stopper toutes les exportations afin de mieux réguler l'activité minière, qui a contaminé les eaux. Le pays asiatique cesse d'exporter cet ingrédient-clé de l'aluminium, alors que la Malaisie était le premier fournisseur de la Chine.

La Guinée a remplacé la Malaisie

Depuis, d'autres pays miniers ont remplacé la Malaisie. L'Australie et la Guinée se sont engouffrées dans la brèche. Le pays ouest-africain est devenu le troisième producteur mondial et le premier fournisseur de la Chine, ses exportations ont dépassé en août dernier les 3,6 millions de tonnes, autant que la Malaisie en décembre 2015 - et encore les expéditions guinéennes étaient-elles en baisse à cause des pluies.

Les projets miniers se sont multipliés en Guinée, dans les régions de Boffa et de Boké. Les nouveaux opérateurs sont chinois, mais aussi émiriens. Il s'agit de fournir la Chine, dont la propre production de bauxite a plafonné l'an dernier et qui décline cette année. Il faut aussi alimenter les nouvelles usines d'alumine et d'aluminium des Émirats arabes unis et de l'Inde, nouveaux relais de croissance de cette industrie.

Les importations chinoises en forte hausse en 2019

Le retour de la Malaisie n'inquiète donc pas outre mesure les autres fournisseurs. Les exportations malaisiennes seront conditionnées à des études strictes d'impact environnemental et seront plafonnées à 600 000 tonnes par mois depuis l'État de Pahang, seul concerné à ce jour.

Ce redémarrage aura donc peu d'impact sur le commerce mondial de la bauxite, dynamique malgré la stagnation de l'industrie de l'aluminium. Les importations chinoises de bauxite continuent en effet de croître, + 30 % sur les huit premiers mois de 2019, après une croissance de 21 % l'an dernier. Cela maintient les prix de la bauxite à un niveau élevé, autour de 50 dollars la tonne dans les ports chinois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.