Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

L’Europe bientôt les pieds dans l’eau?

Audio 19:30
Les rues de Venise sous les eaux, le 15 novembre 2019.
Les rues de Venise sous les eaux, le 15 novembre 2019. © REUTERS/Manuel Silvestri

En 2050, 300 millions de personnes vont subir une inondation côtière au moins une fois par an, conséquence directe du réchauffement climatique et de la montée du niveau de la mer : 60 cm en plus d'ici la fin du siècle, selon les prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Publicité

En Italie, Venise n'a pas eu à attendre 2050, le 12 novembre 2019, la ville s'est retrouvée submergée avec jusqu'à 1,87 mètre d'eau dans ses rues. Les marées d'automne, conjuguées au changement climatique et à une tempête qui s’est abattue sur la ville, sont à l'origine de cette crue historique. Ce drame a fait reparler de Moïse, c'est le nom français du projet MOSE, comme module expérimental électromécanique, un projet de barrage gigantesque censé protéger Venise des inondations. Notre correspondant Olivier Bonnel a visité le chantier.  

Parmi les pays européens les plus menacés par la montée des eaux, il y a la Belgique, la France, le Royaume-Uni et les Pays Bas. Ce pays dont un quart de la surface se trouve sous le niveau de la mer et près de la moitié de ses frontières entouré d'eau a depuis longtemps développé une expertise dans la gestion des inondations et de la montée du niveau de la mer.

L’institut Deltares, un institut de recherche indépendant, est l'un des acteurs qui exporte cette expertise dans le monde entier, du Bangladesh à la Guinée Conakry. Frédérique Lebel est allée rendre visite à l'institut situé à Delft, dans le sud du pays, où l’on teste grandeur nature des phénomènes extrêmes.

Direction la Grande-Bretagne ; le sud du Yorkshire, dans le nord du pays a été victime de graves inondations au début du mois, une femme est morte emportée par le courant. Dans cette région particulièrement à risques, un projet de défense naturelle contre la montée des eaux est expérimenté depuis le début d’année 2019. Il suit l'exemple innovant d'un autre chantier réalisé à l'ouest de l'Angleterre. Marie Billon s'est rendue sur place.

En Russie, la « guerre de l’information » franchit un nouveau palier. La Douma, la Chambre basse du Parlement russe, vient d'adopter une loi qui permettra de qualifier des médias étrangers, mais aussi des ONG, des associations ou des particuliers d’« agents de l’étranger », dès lors qu’ils bénéficient d’un financement international. Les explications de Daniel Vallot.

La Géorgie était de nouveau dans la rue hier (25 novembre 2019). Des milliers d'opposants au parti au pouvoir rassemblés devant le Parlement dans la capitale, une semaine après avoir été dispersés par la force par la police anti-émeutes. En cause, le refus du gouvernement de mener une réforme du système électoral promise pour mettre fin à une précédente vague de contestations. Le mécontentement vise, en particulier, un homme, l’oligarque Bidzina Ivanichvili. L’ancien Premier ministre est aujourd’hui à la tête du parti au pouvoir, le Rêve géorgien. C'est lui le véritable homme fort du pays et la cible des manifestants. Son portrait par Anastasia Becchio.

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.