Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

L’Europe à la recherche de millions de travailleurs étrangers

Audio 19:30
© Getty Images/Sam Edwards

Des secteurs économiques en tension, qu’il s’agisse de la restauration, du BTP ou de l’informatique.L’Europe a besoin de main d’œuvre ! Une immigration économique en provenance de pays extérieurs à l’Union européenne.

Publicité

Plus de 3 millions de permis de résidence ont été délivrés l’an dernier (2018) pour toute l’UE.

Et l’Allemagne donne le ton ; favoriser l’entrée de travailleurs diplômés pour compenser la baisse démographique du pays. C’est l’une des grandes réformes adoptée, cet été, pour répondre à un manque conséquent : 1,2 million d’emplois non pourvus. Les explications depuis Berlin de Julien Méchaussie.
Et qu’en est-il dans le reste de l’Europe et en France ?

La France qui va adopter une nouvelle loi sur l’immigration et qui annonce des quotas pour les migrants économiques des pays tiers. Un sujet assez polémique dans le pays, qui a déjà été proposé puis abandonné, mais qui est à nouveau mis en avant, pour des raisons politiques.
Daniel Vigneron du site myeurop.info

 

Entre la Lituanie, petit pays de 3 millions d’habitants, au bord de la Baltique, et le Nigeria, géant africain de 200 millions d’habitants, il y a a priori peu de points commun. Sauf que le premier a noué un partenariat avec le second sur l’économie numérique, dans le cadre de l’Alliance Europe Afrique. L’expertise de Vilnius d’un côté, le grand marché de Lagos de l’autre. Fin septembre 2019, 15 jeunes Nigérians sont arrivés dans la capitale balte pour un contrat d’un an. Marielle Vitureau.

Et dans les pays de l’est de l’Europe, l’exode de la population entraîne, bien sûr, des besoins croissants en main d’œuvre. C’est le grand chassé croisé des migrations. La Croatie a ainsi assoupli les règles d’embauche, en 2020, les employeurs pourront recruter beaucoup plus facilement du personnel hors de l’Union Européenne, notamment dans le secteur du tourisme. Simon Rico.

Et après être arrivés sur le sol européen, comment ces professionnels sont-ils accueillis, comment s’intègrent-ils ?
En France, une revue de chercheurs de facto, éditée par l’institut des migrations, s’est penchée sur le sujet.

Lea-Lisa Westerfhoff est allée rencontrer la doctorante Élodie Druez qui a interrogé des dizaines de diplômés. Avoir des diplômes de haut niveau protège-t-il du racisme ? Pas vraiment…

La revue de facto      

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.