Accéder au contenu principal
Invité France

Profanations de cimetières juifs en Alsace: «On n’a pas de profil type, ni de motivation»

Audio 06:18
RFI

Des croix gammées tracées à la peinture noire ont été découvertes hier sur 107 des quelque 700 tombes du cimetière juif de Westhoffen, non loin de Strasbourg, suscitant une cascade de réactions indignées. Le nombre « 14 », considéré comme un symbole suprémaciste blanc, a été retrouvé sur l’une des tombes. L'Alsace est confrontée depuis plusieurs mois à une multiplication de graffitis et dégradations à caractère antisémite et/ou raciste. Pourquoi cette région est-elle particulièrement touchée ? Éléments de réponse avec le politologue Jean-Yves Camus, spécialiste de l’extrême droite et directeur de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès.

Publicité

« Il y a indéniablement le sentiment de transgression de quelque chose qui est très fort, qui est le tabou de la mort. […] Mais le problème de ces profanations, c’est que pour l’instant, notamment pour les trois dernières qui se sont produites en Alsace, les auteurs, bien qu’activement recherchés, n’ont pas été retrouvés. On n’a donc pas de profil type, on n’a pas de motivation. »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.