Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

La manne des hydrocarbures diminue en Algérie

Audio 01:56
Des puits de pétrole en Algérie.
Des puits de pétrole en Algérie. Getty Images/ Keystone-France

C’est l’un des défis de l’Algérie qui élit un nouveau chef d’État ce jeudi. Les revenus du pétrole et du gaz déclinent, or ils représentent 95 % des recettes d’exportation et alimentent à 60 % le budget national.

Publicité

2019, année du scrutin présidentiel en Algérie, est également marquée par une nouvelle chute des revenus du secteur des hydrocarbures. Les ventes de gaz algérien à l’Europe devraient baisser de 25 % cette année, estime la compagnie nationale Sonatrach. En cause un hiver doux sur le Vieux continent. Mais aussi et surtout une abondance de gaz sur le marché mondial qui a fait baisser les prix et rendu peu compétitif le gaz algérien indexé sur le pétrole.

Gaz algérien moins compétitif

Le gaz algérien reste plus cher que le gaz russe. La perspective de doublement du gazoduc russe Nordstream n’est pas de bon augure pour le pays nord-africain, troisième fournisseur de l'Europe.

Pour compenser un peu la baisse des exportations par gazoducs (- 10 milliards de m3), Sonatrach a commercialisé sur le marché spot des quantités record de gaz naturel liquéfié (5 milliards de m3). A comparer à la production nationale de gaz, 63 milliards de m3 sur les neuf premiers mois de l'année selon les données du Jodi, rapporte S&P Global Platts.

Déclin de la production faute d'investiseurs

Par ailleurs la production gazière est en baisse en Algérie. Une baisse de 5 milliards de m3 attendue cette année alors que la consommation algérienne, elle, continue de croître (+ 2 milliards de m3). Même phénomène pour le pétrole, la production algérienne dépasse à peine 1 million de barils par jour, un plongeon de 40 % depuis 2008.

Nouveau code des hydrocarbures controversé

L’Algérie ne manque pourtant pas de réserves d’hydrocarbures, mais elles ne sont plus développées, faute d’attirer les grandes compagnies étrangères. Seuls 20 % des appels d’offres ont trouvé preneur depuis 2008. Le nouveau code des hydrocarbures adopté au Parlement début décembre est censé offrir des conditions plus favorables aux investisseurs étrangers : des contrats plus longs, diversifiés en fonction des risques, avec une fiscalité allégée. Mais ce texte préparé par le Premier ministre nommé par Abdelaziz Bouteflika deux jours avant sa démission, est très controversé en Algérie. Et il n’est pas exclu que le mécontentement de la rue s’étende au secteur des hydrocarbures.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.