Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Grèce: des dizaines de milliers de demandeurs d'asile transférés

Audio 02:48
En 2015, 800 migrants sont morts noyés en mer Egée, selon l'OIM.
En 2015, 800 migrants sont morts noyés en mer Egée, selon l'OIM. AFP/Bulent Kilic

En Grèce, d’ici à la fin de l’année, 20 000 demandeurs d’asile devraient être transférés depuis les iles surpeuplées de la mer Égée vers la partie continentale du pays. Les arrivées en provenance de la Turquie voisine sont quotidiennes sur ces iles depuis cet été et la Grèce est à nouveau la porte d’entrée principale des demandeurs d’asile vers l’Europe.

Publicité

Les transferts prévus ne devraient pas pouvoir soulager durablement les camps d'accueil saturés des îles de la mer Égée. À l’heure actuelle, ils sont toujours plus de 35 000 demandeurs d’asile à vivre dans des conditions extrêmement précaires sur une poignée d’îles de la mer Égée, à commencer par Lesbos où se trouve Moria, le plus grand camp d’Europe.

Même si le gouvernement grec met bien en œuvre les 20 000 transferts annoncés d’ici à la fin décembre, il resterait toujours un nombre bien plus important de demandeurs d’asile sur ces îles par rapport à ce que permettent les capacités d’accueil théoriques.

La situation est d’ailleurs tellement mauvaise qu’Athènes a annoncé fin novembre vouloir fermer trois de ces camps l’an prochain : Moria, devenu le symbole de l’incurie des politiques grecque et européenne, Chios et Samos. À la place, le gouvernement grec envisage de bâtir des centres fermés, autrement dit des prisons.

Quelle situation pour les demandeurs d’asile récemment transférés sur le continent ?

Ce qui pouvait ressembler à une bonne nouvelle pour ces populations vulnérables, à savoir quitter des camps surpeuplés où les conditions de vie sont exécrables, n’en est pas toujours une.

Par exemple, dans le camp de Vagiohori, un camp perdu au milieu de nulle part, où il n’y a - pour l’heure - ni médecins ni école pour les enfants, et qui compte environ un millier de demandeurs d’asile, un Afghan de 25 ans, pharmacien de profession, vit là. Selon lui, les conditions de vie n'y étaient finalement pas meilleures que sur l'île de Samos d'où il avait été transféré, malgré les préfabriqués neufs.

Certains plus chanceux sont logés dans des appartements ou des chambres d’hôtels en ville, à proximité de structures qui peuvent leur venir en aide, mais c’est une minorité d’entre eux.

400 demandeurs d'asile vers la France

Cette annonce de la France n’est guère plus qu’une goutte d’eau symbolique face à la pression migratoire qui pèse aujourd’hui sur la Grèce.

La Grèce qui, en plus de politiques volontaristes au niveau national, a cruellement besoin d’une réelle action d’envergure, coordonnée au niveau européen. Et ce, afin de changer l’image d’un continent qui ne parvient pas, ou ne veut pas parvenir, à traiter avec dignité les demandeurs d’asile qui se pressent à ses portes.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.