Accéder au contenu principal
Géopolitique, le débat

La contestation en Irak: le pouvoir a-t-il encore une légitimité?

Audio 38:59
Des manifestants irakiens dans les rues de Bagdad après la mort de plusieurs protestataires. Bagdad, le 7 décembre 2019.
Des manifestants irakiens dans les rues de Bagdad après la mort de plusieurs protestataires. Bagdad, le 7 décembre 2019. © AFP/SABAH ARAR

Émission organisée en partenariat avec l’iReMMO, l’Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient à l'occasion du colloque «L'Irak, un État sans nation ? Contestations, ingérences, milicisations».Depuis le 1er octobre 2019, un mouvement de contestation spontané, lancé par la jeunesse chiite, embrase l’Irak.

Publicité

 

Les manifestants réclament la chute du régime, la refonte du système politique basé sur le confessionalisme, un renouvellement complet de la classe dirigeante, ils exigent la fin de la corruption, dénoncent l’ingérence iranienne dans leur pays et n’hésitent pas à critiquer les religieux… Pris de court, le pouvoir coupe Internet pendant 2 semaines et répond par une sanglante répression : 500 morts au moins et 17 000 blessés, des assassinats ciblés, des enlèvements, des dizaines d’arrestations…

Une répression qui n’a fait que renforcer la détermination des jeunes contestataires... Jusqu’où sont-ils prêts à aller ? La colère et le désespoir peuvent-ils conduire à la création d’un front uni, au-delà des clivages religieux ou communautaires ? Le pouvoir irakien a-t-il encore une légitimité ?

3 invités :
- Loulouwa Al-Rachid, chercheuse, consultante spécialiste de l’Irak, basée à Beyrouth
- Adel Bakawan, directeur du Centre de Sociologie d’Irak (Université de Soran)
- Agnès Levallois, vice-présidente de l’iReMMO, consultante spécialiste du Moyen-Orient.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.