Accéder au contenu principal
Revue de presse française

À la une: Noël, malgré tout

Audio 05:28
Les décorations de noël dans un sapin (photo d'illustration)
Les décorations de noël dans un sapin (photo d'illustration) AFP/Aurore Mesenge

Publicité

Le dernier Noël de la décennie, Noël si doux qu’il en est suspect. Noël de grève sans véritable trêve. C’est le Parisien Aujourd’hui en France qui joue ainsi les psychologues d’un pays chamboulé par le conflit des retraites, mais qui fait la fête quand même. La parole aux familles qui ont dû redoubler d’efforts pour se réunir cette année, malgré le manque de trains, les prix prohibitifs des dernières places de TGV ou de bus.

Pierre, Jacques, Edouard, Barbara, Julien racontent leur système D pour rejoindre leurs proches. Pierre, qui est cadre, n’ira pas en Provence chez ses parents, toute la famille fête Noël dans sa petite colocation à Paris. Jacques, l’étudiant, a fait du stop. 4 conducteurs différents. Barbara, commerciale, est arrivée à Bordeaux, mais n’est pas sûre de pouvoir revenir. Edouard, cheminot gréviste, va sans doute faute de train, prendre un Blablacar.

Quant à Julien, informaticien, il est dégoûté. Avec la grève SNCF, il avait bon espoir d’éviter le réveillon dans sa belle-famille. Il avait même prévu un plan B. Mais dommage pour lui, son train pour Marseille est maintenu. Sa femme est contente et soulagée, il dit que c’est le principal.

Exécutif maladroit

Cette grève s’étire dans le temps, sans espoir de trêve pour l’instant. Point de cette douce ambiance qui enveloppe d'ordinaire le basculement dans la nouvelle année, soupire Midi Libre. Les cheminots veulent tenir, ne pas laisser le terrain désert alors que le gouvernement maintient son cap.

L'appel du président au respect de la vie des familles n'a rien changé. Son refus de percevoir sa retraite de chef de l'État a fait « pschitt ». Davantage que sa valeur d'exemple, le message a pris un caractère hors sujet, presque inquiétant. Le bras de fer est donc parti pour durer jusqu'en 2020. Car les grévistes ont le soutien d'une bonne partie de la population et dosent leurs actions pour l'entretenir. Pas sûr que l'exécutif qui a perdu le pari de la confiance puisse jouer celui du pourrissement.

Faire porter aux seuls cheminots la responsabilité du blocage en ces fêtes de fin d'année serait malhonnête, explique l’Alsace. L'exécutif a été particulièrement maladroit dans sa gestion du calendrier. Il a d'abord voulu gagner du temps, repoussant son projet de réforme à 2020, avant de céder à la précipitation et de présenter, en urgence, un plan unanimement rejeté, y compris par les syndicats réformistes. Loin de parvenir à rassembler une base sur laquelle il aurait pu s'appuyer, le gouvernement a réussi à fédérer les oppositions.

Grève anti-Macron

Vacances de combat, résument Les Dernières Nouvelles d’Alsace. La contestation a imposé son agenda parmi les guirlandes et le vin chaud. Les grèves de Noël dépassent le sort des retraités ; elles sont directement liées à la lutte anti-Macron. Dans l'optique syndicale, il s'agit de ne pas se couper de la base et de réussir là où les gilets jaunes ont échoué.

Au fort de Brégançon où il se rend par des moyens non communiqués, Emmanuel Macron aura quelques jours de « vacances » pour juger de la gravité de cette inédite trêve armée, conseille La Charente Libre.

Le président a beau appeler à la trêve, conclut la Voix du Nord, celle-ci ne se décrète pas dans des esprits surchauffés.

Pugilats inévitables

La réforme des retraites est en effet l'un des sujets qui peuvent provoquer des fâcheries dans les repas de fêtes. Et c'est le Parisien Aujourd'hui en France qui recense les thèmes d'actualité les plus dangereux. Les régimes spéciaux en effet, qui n'ont rien à voir avec la diète qu'il faudra s'imposer après les excès gastronomiques.

Mais il y a aussi dans le désordre le véganisme, le Brexit, Greta Thunberg, Neymar, Roman Polanski ou Miss France. Et comme le dit la Voix du Nord, qui évoque ces pugilats inévitables des réunions de famille, il est facile de sombrer, entre deux bouchées, au petit théâtre des idées noires, dont les médias assurent des représentations quotidiennes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.