Accéder au contenu principal
Revue de presse Afrique

À la Une: «L'affaire Soro» en Côte d'Ivoire

Audio 05:00
Guillaume Soro, à l'Assemblée nationale, le 8 février 2019 en Côte d'Ivoire.
Guillaume Soro, à l'Assemblée nationale, le 8 février 2019 en Côte d'Ivoire. EUTERS/Thierry Gouegnon/File Photo

Publicité

Un seul titre à la Une de la presse Afrique, « l’affaire Soro » en Côte d’Ivoire. L’ancien Premier ministre, ancien président de l’Assemblée nationale mais aussi ex-chef de la rébellion contre Laurent Gbagbo est accusé par la justice ivoirienne de tentative présumée de coup d’État.

« Soro préparait un coup d’État », clame Le Patriote. Ce quotidien proche du président de la République Alassane Ouattara, en Une, signale qu’un « arsenal de guerre (a été) découvert chez ses proches ».

Information également épinglée à la Une du quotidien gouvernemental Fraternité Matin, lequel évoque aussi un « arsenal » saisi après « différentes perquisitions ».

Soro est « pris comme un rat », lance le journal L’Expression. Et ce quotidien proche du pouvoir d’Abidjan ne se borne pas à sa très animalière formule, puisque, photos de Une à l’appui, il se fait fort d’apporter à ses lecteurs « toutes les preuves contre » Guillaume Soro.

Pris « comme un rat », Soro ? À la Une du journal Le Rassemblement, c’est plutôt « assommé » que se retrouve l’ex-chef de la rébellion, après qu’il ait été « rattrapé par la "VAR" politique » (étant rappelé que la « VAR », c’est l’assistance vidéo à l’arbitrage de certains matches de football). En tout cas, pour Le Rassemblement, c’est « trop grave ce qu’il a fait », Soro. Du reste, lundi dernier, 23 décembre, « il savait qu’il ne rentrerait pas », affirme ce journal qui qualifie Guillaume Soro de « manipulateur violent mais peureux », qui « voulait encore verser le sang » (et on soulignera ici l’emploi, lourd de sens en Côte d’Ivoire, de l’adverbe « encore » par le journal Le Rassemblement).

À l’inverse, le journal Générations nouvelles, proche, lui, de Guillaume Soro, en Une, propose à ses lecteurs « des preuves du complot mal ficelé contre Soro ».

En effet, l’avocate de Guillaume Soro, hier, a déclaré que l’élément sonore produit par le procureur datait de 2017.

Et à la Une de Générations nouvelles, Affoussy Bamba avertit : « Nous livrerons tous les secrets ». Suspense…

Du reste, à celle du journal Le Quotidien d’Abidjan, cette même avocate invite Alassane Ouattara « à faire preuve de clarté sur des opérations financières du Trésor public pour son compte ». Ambiance…

En tout cas, après le « déballage » du procureur Richard Adou, pas de doute, « Soro risque la prison à vie », lance L’Inter. Ce quotidien indépendant signale lui aussi en Une que « d’importantes saisies d’armes (ont été) effectuées ».

De son côté, son confrère Soir Info, publié par le même groupe de presse que L’Inter, est ce matin le seul journal ivoirien à souligner en Une qu’à ce stade, les faits reprochés à Guillaume Soro constituent une tentative de déstabilisation « présumée ». Soir Info est aussi le seul à évoquer la « grosse peur des Ivoiriens ».

Soro « comptait sur 8 400 militaires et neuf comzones pour faire son coup », détaille L’Essor, à la Une duquel l’ex-ministre Joël N’Guessan, d’une question portant en elle sa réponse, se demande « pourquoi Soro ne vient pas répondre aux accusations qui sont portées contre lui ? »

« Le procureur Adou lâche la patate chaude », formule la Une du journal Le Nouveau Réveil. Ce journal proche du PDCI de l’ex-président de la République Henri Konan Bédié pointe par ailleurs que « des hommes en tenue (étaient) chez M. Affousiata Bamba dans la soirée, hier », étant rappelé que l’ancienne ministre Affoussy Bamba est l’avocate de Guillaume Soro. Toutefois – signe d’apaisement à relever dans ce climat délétère - Le Nouveau Réveil signale que l’Union de la diaspora de Côte d’ivoire « appelle à des actions démocratiques ».

Le quotidien Le Matin n’en doute pas, c’est bien un « coup d’État » que préparait Guillaume Soro, étant souligné que l’expression « coup d’État » à la Une du Matin est employée au singulier.

À celle du journal Le Jour, « en revanche », la même expression est employée au pluriel. « Tout sur les tentatives de coups d’État de l’ex-chef rebelle », lance ce journal proche lui aussi du pouvoir.

De son côté, le journal Notre Voie, proche de l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan, qualifie de « curieux » l’élément sonore dévoilé par le procureur.

Quant au quotidien Le Temps, proche de l’ex-président de la République Laurent Gbagbo, il estime qu’en parlant, ledit procureur « enfonce le régime ».

On le voit, désormais, entre Alassane Ouattara et Soro Guillaume, « la guerre est déclarée et elle est totale », résume le site Connectionivoirienne. « Dix mois avant la présidentielle d’octobre 2020, les anciens alliés sont sur le ring et se donnent des coups ». C'est le moins que l’on puisse dire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.