Accéder au contenu principal
Chronique transports

Plan Vert d'Air France pour réduire ses émissions de CO2

Audio 02:26
Avions Air France à l'aéroport Paris-Charles de Gaulle à Roissy, le 11 avril 2018.
Avions Air France à l'aéroport Paris-Charles de Gaulle à Roissy, le 11 avril 2018. Philippe LOPEZ / AFP

Depuis le 1er janvier, la compagnie aérienne Air France propose à ses clients de compenser la pollution de leurs voyages. L'enveloppe de ce grand plan Vert est d'un milliard d'euros par an. Renouvellement des avions, soutien à des projets de reforestation en Afrique et personnel engagé. Dorénavant, les hôtesses et stewarts d'Air France veilleront au tri des déchets. Quant aux pilotes, ils expérimentent déjà l'éco-pilotage. Entretien exclusif avec la directrice générale de la compagnie Anne Rigail.

Publicité

Anne Rigail : L'éco-pilotage concerne deux facteurs : la réduction de la vitesse de l'appareil et la réduction des trajectoires. Le but est d'économiser en même temps du carburant et de la distance, les kilomètres de chaque vol. L'arrivée de l'intelligence artificielle permet d'avoir des outils et des prévisions beaucoup plus précises. Et j'ajoute que lors de l'atterrissage, nos pilotes coupent l'un des moteurs. Cela leur permet de rouler sur la piste et ainsi éviter d'émettre de la pollution supplémentaire au sol.

RFI : Vous évoquez également vos regrets face au retard du ciel européen partagé.

Oui, c'est un projet en cours, mais malheureusement pas encore vraiment harmonisé. Ce ciel européen partagé vise à se concerter avec tous les pays européens pour faire voler nos compagnies sur des routes optimisées. On revient sur la même idée, le but étant d'économiser de la distance, donc du carburant, donc de la pollution du fuel.

Votre plan Vert 2020 mise sur la compensation. Qu'est-ce que la compensation ?

Compenser notre pollution c'est d'abord renouveler notre flotte. Un milliard d'euros seront investis cette année pour de nouveaux appareils capables de réduire de 20% leur consommation de carburant.

Ces avions nouvelle génération sont plus légers. Par exemple, les sièges sont allégés. J'appelle cela la chasse au gramme ! Non seulement les matériaux de la carlingue au moteur sont allégés, mais le poids à l'intérieur de l'avion, côté passagers, y compte aussi pour beaucoup. Nous sommes sur le bon chemin. Depuis 2011, nous avons réduit de 20% nos émissions polluantes. Notre but est de réduire de 30% supplémentaires.

Alors comment se déroule en pratique cette chasse au gramme ?

Le premier exemple, la presse, les journaux à bord. Au lieu d'avoir des kilos de papiers, nous proposons maintenant un service digital avec une offre élargie et dématérialisée. Le voyageur choisit directement les titres de journaux et de magazines sur leurs tablettes ou téléphones et cela ne pèse rien.

L'autre point crucial est l'eau et la nourriture. Au lieu, comme c'était le cas auparavant d'apporter tous les menus à bord, donc du surplus, nous allons demander le choix des menus avant le décollage ce qui réduire le nombre de plats et nous visons à réduire la quantité de bouteilles d'eau.

Vous vous engagez sur le plastique.

Nos hôtesses, nos stewarts seront très attentifs à faire comme à la maison ! À la maison, on trie nos déchets et bien à l'intérieur d'un appareil, c'est la même chose. Nous remplaçons nos couverts plastiques par des couverts biodégradables. Les canettes en aluminium seront mises dans des conteneurs dédiés pour être recyclées ensuite au sol.

Les statistiques prévoient dans les 5 ans à venir, une forte augmentation du trafic aérien. L'avion malgré toutes ces mesures restera un transport polluant.

L'avion 100% vert n'est pas encore trouvé et n'est pas encore possible, je ne vous le cache pas ! Mais nous mettons tout en oeuvre pour réduire nos émissions de CO2. Sur 57 000 passagers par jour en France donc sur nos vols domestiques, nous nous engageons à les faire voyager en 2020 avec une compensation totale à 100%.

Votre compagnie soutient des projets internationaux pour compenser, dans quels pays ?

Au Kenya par exemple, nous soutenons une association Livelihoods qui remplace les foyers de cuisson en bois que les habitants utilisent et qui sont extrêmement polluants avec des fumées toxiques à long terme pour leurs poumons. L'idée est de remplacer le bois par de la céramique. Ce qui économise l'abattage d'arbres et réduit la pollution.

Trois types de compensations proposées à nos clients qui souhaitent de plus en plus, je le précise, compenser leurs voyages. Nous soutenons des plantations d'arbres, des actions de protection des fôrets et des soutiens pour la recherche de nouveaux carburants renouvelables, moins polluants.

Juste avant cette interview, vous évoquiez vos propres enfants, engagés comme la nouvelle génération à faire la morale aux parents pour éviter de gaspiller l'eau, l'électricité...

La jeunesse est extrêmement vigilante et exigeante ! Nos enfants nous demandent des comptes sur la protection de la planète. Ils sont citoyens engagés et nous devons nous engager nous, patrons d'entreprises pour qu'ils puissent découvrir le monde comme nous l'avons découvert et continuons à le découvrir en voyageant.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.