Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Des camions qui polluent moins grâce à des chercheurs suisses

Audio 02:09
En Europe, les transports sont responsables de près de 30% des émissions totales de dioxyde de carbone et 72% de ces émanations proviennent exclusivement du transport routier.
En Europe, les transports sont responsables de près de 30% des émissions totales de dioxyde de carbone et 72% de ces émanations proviennent exclusivement du transport routier. Getty Images/Gregor Schuster

Des chercheurs suisses ont mis au point un nouveau concept permettant de capturer le dioxyde de carbone directement à partir du pot d'échappement des poids-lourds. Le CO2 une fois liquéfié et stocké sur le camion serait ensuite recyclé en carburant, argumentent les scientifiques

Publicité

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », expliquait en paraphrasant un philosophe de la Grèce antique, le père de la chimie moderne Antoine Laurent Lavoisier en mars 1789. Ses recherches sur le phénomène de la combustion dénommée aussi oxydation rapide ont permis un siècle plus tard à l’ingénieur allemand Rudolf Diesel, d’inventer un moteur dans lequel effectivement « rien ne se perd et tout se transforme », mais principalement en vapeurs toxiques. Le CO2, gaz à effet de serre, contribue largement au réchauffement de notre planète.

En Europe, les transports sont responsables de près de 30 % des émissions totales de dioxyde de carbone et 72 % de ces émanations proviennent exclusivement du transport routier. Mais bonne nouvelle ! Des chercheurs suisses de l’École polytechnique fédérale de Lausanne ont mis au point un nouveau procédé qui permet de capturer 90 % des émissions de gaz carbonique rejetées par les camions.

Technologies combinées

Le dispositif des chercheurs emploie plusieurs technologies. Les gaz sont d’abord récupérés directement du pot d’échappement du véhicule. Puis ils sont refroidis, l’eau qui est alors condensée est ainsi séparée des autres vapeurs. Pour isoler le CO2 de l’azote et de l’oxygène résiduels, le mélange volatile traverse des tubes d’adsorption à température modulée. Ces circuits de refroidissement sont tapissés de matériaux constitués d’un métal organique conçu spécialement pour ne capter que le dioxyde de carbone.

Une fois saturée en CO2, cette matière absorbante est chauffée afin d’extraire uniquement le gaz carbonique. Des turbocompresseurs à haute vitesse utilisant la chaleur du moteur compriment le CO2 pour le liquéfier. Il sera finalement stocké dans un réservoir placé au-dessus du toit de l’habitacle du conducteur.

Un recyclage en carburant conventionnel

Les scientifiques ont prévu de recycler ce déchet en le transformant plus tard en carburant conventionnel dans une station spécifique qui n’emploie que des sources d’énergie renouvelable. Selon leurs calculs, un camion consommant 1 kilo de carburant conventionnel produirait 3 kg de CO2 liquide et dont la transformation s’effectuerait sans pénalité énergétique.

Ce dispositif en forme de gros container qui a fait l’objet d’un brevet, fonctionnerait pour l’instant sur des véhicules de type poids lourds, des cars et même des bateaux, quel que soit le carburant utilisé. Les chercheurs espèrent améliorer leur procédé et miniaturiser leur système pour l’adapter aux voitures thermiques qui rouleront alors en quasi circuit fermé et grâce aux gaz à effet de serre.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.