Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

L'huile de palme de Malaisie indésirable en Inde

Audio 01:48
Une plantation de palmier à huile à Johor, en Malaisie.
Une plantation de palmier à huile à Johor, en Malaisie. Getty Images/Eightfish

L'Inde n'apprécie pas les commentaires du gouvernement malaisien sur sa politique au Cachemire ou sur la citoyenneté. L'huile de palme de Malaisie est désormais visée par des mesures de rétorsion de New Delhi.

Publicité

Ce n'est pas encore une interdiction formelle d'importer de l'huile de palme de Malaisie, mais l'industrie indienne du raffinage des oléagineux reconnaît avoir eu des consignes orales de boycott, de la part des autorités de New Delhi, en début de semaine.

Tensions diplomatiques

Le gouvernement indien a très peu goûté les critiques du Premier ministre malaisien au sujet de la nouvelle loi indienne sur la citoyenneté, qui exclut les sans-papiers musulmans des régularisations accordées par l'administration indienne. « Des gens meurent à cause de cette loi », a ainsi déclaré Mohamad Mahathir le 20 décembre. « Quelle est la nécessité de faire cela alors que pendant 70 ans, tous ces citoyens ont vécu ensemble sans problème », estime-t-il. En septembre dernier, le chef de l'exécutif malaisien avait déjà dénoncé la politique indienne au Cachemire, région « envahie et occupée » par l'Inde, avait estimé Mohamad Mahathir, qui avait appelé à des négociations avec le Pakistan. Ce qui avait déjà mis les négociants indiens de produits malaisiens sur leurs gardes.

Un quart des exportations malaisiennes

Un boycott indien de l'huile de palme malaisienne aurait de lourdes conséquences économiques. L'Inde est le premier importateur au monde d'huiles végétales, dont 9 millions de tonnes d'huile de palme et 4,5 millions de tonnes en provenance de Malaisie. L'Inde représente un quart des exportations malaisiennes d'huile de palme, il sera compliqué de trouver des débouchés de remplacement, d'autant que l'Europe se ferme peu à peu à cette huile. Bien sûr le grand concurrent, l'Indonésie, devrait en profiter pour prendre une plus grande part du marché indien. Mais pour tous les fournisseurs, le boycott de New Delhi devrait tasser les cours mondiaux de l'huile de palme. Ils sont en effet fixés en Malaisie, sur le marché de référence de Kuala Lumpur.

La courbe ascendante de 2019 pique du nez

La courbe des prix a déjà piqué du nez en ce mois de janvier, alors qu'elle n'avait cessé de grimper (+ 44 %) en 2019, année de faible production des palmiers à huile asiatiques et de plus forte consommation en Asie, notamment en Inde, confrontée à une mauvaise récolte de soja. Reste à savoir maintenant quelle ampleur prendra le boycott visant l'huile malaisienne. La pénurie d'oléagineux qui a poussé l'Inde à baisser ses taxes sur les importations d'huile de palme pourrait remettre un peu de cette huile dans les rouages entre Kuala Lumpur et New Delhi.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.