Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Pétrole: inauguration d'un méga gisement au large des côtes norvégiennes

Audio 02:50
Une vue du champ pétrolifère « Johan Sverdrup » en mer du Nord, le 7 janvier 2020.
Une vue du champ pétrolifère « Johan Sverdrup » en mer du Nord, le 7 janvier 2020. Carina Johansen / NTB Scanpix / via REUTERS

En mer du Nord, plus précisément à 140 kilomètres au large des côtes norvégiennes, a eu lieu hier, mardi 7 janvier, l’inauguration d’une méga-plateforme pétrolière.

Publicité

de notre correspondant à Stockholm

C’est événement plutôt passé inaperçu alors qu'il s’agit de l’inauguration d’un nouvel ensemble de plateformes pétrolières par la Première ministre norvégienne, Erna Solberg. Alors on le sait, la Norvège produit du pétrole et du gaz depuis cinquante ans, c’est notamment ce qui lui a permis de devenir l’un des États les plus riches de la planète. Mais cette plateforme, baptisée « Johan Sverdrup », marque un véritable renouveau pour le pétrole en Norvège, et c’est pour ça que son inauguration a été célébrée avec faste. Les quatre plateformes ont commencé à pomper l’or noir en octobre, mais le débit dépasse déjà les 300.000 barils par jour et le pic de production sera atteint en 2022, avec 660.000 barils, et l’ajout d’une cinquième plateforme. Les réserves sont estimées à 2,7 milliards de barils… C’est tout simplement la plus grande découverte faite ces trente dernières années en mer du Nord.

Cela représente aussi beaucoup d’argent pour l’État norvégien

La manne pétrolière et gazière lui a déjà permis de créer le plus grand fonds souverain au monde. Son capital dépasse les 1000 milliards de dollars et ce fonds continue à prospérer. Mais la production d’hydrocarbures, en Norvège, baissait depuis quinze ans, avec notamment une production de pétrole divisée par deux. Johann Sverdrup remet tous les voyants au vert… Ce gisement va fournir à l’État un revenu supplémentaire de 91 milliards d’euros, sur les cinquante prochaines années.

À lire aussi : Le fonds souverain norvégien se désengage du pétrole

Energie fossile ou électricité ?

La Norvège est un producteur de pétrole, certes, mais elle est aussi connue pour sa politique environnementale. Presque toute l’électricité produite en Norvège est d’origine hydro-électrique. C’est aussi le pays qui compte le plus de voitures électriques au monde, par rapport à sa population.

Il y a là comme une contradiction et à l’heure de la crise climatique, de plus en plus de Norvégiens mettent le doigt dessus. L’argument du gouvernement de droite, en Norvège, c’est que le pays produit du pétrole plus proprement que les autres, notamment parce que ses plateformes sont électrifiées. Les sociaux-démocrates, de leur côté, ont toujours soutenu l’industrie pétrolière, mais au printemps dernier ils se sont opposés à l’exploration au large des îles Lofoten, un joyau naturel, très fréquenté par les touristes. C’est une première faille dans le consensus. Quant aux Verts et aux ONG norvégiennes, ils demandent tout simplement l’arrêt des explorations. Ils rappellent qu’un litre de pétrole qui brûle n’importe où sur la planète dégage la même quantité de CO2… Qu’il soit norvégien, ou pas.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.