Accéder au contenu principal
Invité de la mi-journée

Crash du Boeing 737: «Tant que les boîtes noires n’ont pas été décryptées, il faut être très prudent»

Audio 07:40
Les débris du crash du Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines qui s'est abimé juste après son décollage de l'aéroport iranien Imam à Téhéran, le 8 janvier 2020.
Les débris du crash du Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines qui s'est abimé juste après son décollage de l'aéroport iranien Imam à Téhéran, le 8 janvier 2020. Nazanin Tabatabaee/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS

Le Boeing 737 qui s'est écrasé mercredi, peu après son décollage de l’aéroport international de Téhéran, a sans doute été abattu par un missile sol-air iranien, et probablement par erreur. C'est en tout cas la version présentée par le Canada, le Royaume-Uni et les États-Unis, évoquant un tir accidentel iranien à l'origine de ce crash qui a causé la mort de 176 personnes. L'Iran a nié catégoriquement la thèse d’un tir de missile et l’enquête s’annonce longue et compliquée. Dans ce contexte, peut- on attendre de l'Iran toute la transparence nécessaire ? Éléments de réponse avec le général Dominique Trinquand, expert des questions militaires et ancien Chef de la mission militaire française à l'ONU.

Publicité

« Si on remonte à l’incident de 1988 avec les Américains, qui ont descendu un avion iranien transportant des touristes, ça a été la même chose : au début, il y a eu un blocage et au bout d’un moment l’ouverture a été faite, et la preuve que c’était une erreur a bien été démontrée. »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.