Accéder au contenu principal
Chronique transports

La sécurité routière

Audio 02:35
Les gendarmes se tiennent près de l'autoroute A1 alors qu'ils contrôlent la vitesse des voitures, près de Fresnes-les-Montauban, dans le nord de la France.
Les gendarmes se tiennent près de l'autoroute A1 alors qu'ils contrôlent la vitesse des voitures, près de Fresnes-les-Montauban, dans le nord de la France. PHILIPPE HUGUEN/AFP

Le « Vivre ensemble » en matière de sécurité routière française sera-t-il efficace ? Après 2 ans de messages-chocs et d’images sanglantes d’accidents et de blessés sur les routes, le gouvernement innove. Place à la douceur. Encourager le sens de la vie de l’autre plutôt que de donner des ordres. Un choix qui divise les experts de la prévention inspirés des expériences d’autres pays du monde. 

Publicité

L’Irlande l’an dernier a remporté le prix européen du pays le plus efficace dans sa lutte contre les accidents de la route. L’une de leurs campagnes télévisées montre une salle de classe vide où les trousses et les cahiers sont encore sur les tables... On comprend au fur et à mesure que leurs propriétaires, les élèves ne reviendront jamais parce qu’ils ont été percutés par un chauffard.

« Mais au-delà des films, c’est la volonté politique à la tête du pays qui a payé, affirme Graziella Jost du Conseil européen de la Sécurité des Transports qui a remis le prix à l’Irlande. Leur force est d’avoir compris qu’il fallait réunir toutes les forces du pays, les écoles, les médecins, les policiers. Ils se sont inspirés des pays en avance sur le sujet, les Anglais, les Hollandais et ils ont fait la même chose avec des messages qui expliquent la raison des mesures prises. Ils ont encore beaucoup de progrès à faire, notamment pour réduire les accidents des cyclistes et des motos. Ce qui marche auprès des jeunes, ce sont les messages qui leur parlent de leur vie comme la sortie des discothèques et des pubs où ils sont responsables de la vie de leurs amies ou de leurs amoureux et amoureuses».

Les experts européens comme Grazielle Jost encouragent la Roumanie, la Bulgarie à suivre des modèles comme la Slovénie ou la Croatie qui ont amélioré leurs messages de prévention routière.

Vitesse, alcool, téléphone portable au volant, non-port de la ceinture de sécurité.

Toutes les études le prouvent, et cela, dans tous les pays du monde, montrer des voitures broyées avec des corps ensanglantés ne sert à rien. Un cerveau choqué finit par refuser et évacuer les images traumatisantes. D’où cette nouvelle campagne française insiste Emmanuel Barbe en charge des questions de sécurité routière auprès du gouvernement :

« Nous sommes arrivés à un moment où le citoyen n’a plus envie de s’entendre donner des ordres. Nous avons donc bâti cette nouvelle campagne sur le "Vivre ensemble” en montrant par exemple une jeune fille qui remercie un conducteur de ne pas avoir décroché son téléphone portable pendant qu’il arrivait dans le virage où elle avait traversé. Dans notre époque où chacun vit replié sur sa vie, le sens de la responsabilité des autres doit primer. Cela permet de sauver des vies. »

La colère de la Ligue contre la violence routière.

Certes, d’autres pays comme le Chili ou la Colombie ont constaté les réussites françaises. La Ligue française contre la violence routière les a aidés et continue à garder des liens, mais concernant les campagnes de communication, les avis divergent. D’un côté, les partisans de films insistant sur la culpabilité des conducteurs et ceux d’une approche plus douce, activer le sentiment de responsabilité plutôt que voir défiler des donneurs d’ordres.

Quel gâchis d’argent cette nouvelle campagne du « Vivre ensemble » dénonce Chantal Perrichon, la présidente de la Ligue contre la violence routière en France. Pour cette experte de la prévention, des images sans nouvelles mesures de terrain ne servent à rien. L’expérience l’a prouvé dit-elle, ce qui réussit c’est l’accompagnement, le nombre de morts et de blessés a baissé pour tous les projets gouvernementaux (le permis à point, les radars...).

D’ailleurs regrette-t-elle, pour la réduction de la vitesse à 80 km/h l’année dernière, les Français l’auraient accepté si le Premier ministre avait été aidé de messages télévisés. Il faut expliquer ! Regardez ce que font les Espagnols. Tous les soirs dans le journal télévisé, ils font le calcul et comparent le nombre d’accidentés par rapport à l’année passée. Ils obtiennent des résultats.

Le modèle français copié à l’étranger.

Cela aussi, les études le prouvent, la peur du gendarme est le système qui fonctionne le mieux.
En 2020, la Ligue contre les violences routières va se battre pour convaincre le gouvernement de multiplier les voitures radars banalisées celles qui contrôlent en même temps qu’elles roulent. Et bien entendu si le pari est tenu, elle demandera de films courts, mais explicatifs pour gagner en efficacité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.