Accéder au contenu principal
Revue de presse française

À la Une : la mobilisation contre la réforme des retraites en France

Audio 06:31
Manifestations contre la réforme des retraites le 4 janvier 2020, à Paris.
Manifestations contre la réforme des retraites le 4 janvier 2020, à Paris. AFP/François Guillot

Publicité

Une nouvelle journée d’actions est prévue ce samedi 11 décembre à l’appel des syndicats de salariés.

Et à Paris, elle prendra la forme d’une manifestation, prévue dès le début de l’après-midi au départ de la place de la Nation. Plus de cinq semaines après le début du mouvement contre la réforme des retraites, le Premier ministre Édouard Philippe, hier, a reçu organisations syndicales et patronales. Principal grief, l’âge pivot de 64 ans en 2027 voulu par l'exécutif et qui ébranle la France depuis le 11 décembre dernier.

À ce sujet, justement, le Premier ministre « Philippe promet des propositions concrètes », pointe Le Parisien, alors qu’Édouard Philippe a en effet promis hier de rendre sa copie « par écrit » aujourd’hui.

« Trente-huitième jour de conflit, comptabilise La Nouvelle République. Quand on aime, on ne compte plus », soupire, de guerre lasse, ce quotidien du centre de la France. Mais heureusement, c'est aujourd'hui que « le lapin blanc doit sortir du chapeau. Enfin, un lapereau, mais qu'importe ».

Alors, retirera, retirera pas ? « Ce samedi, on sera fixé », lance, soulagé, Le Figaro, en résumant d’une formule l’alternative précédente qui d’Édouard Philippe ou du syndicaliste de la CFDT Laurent Berger mettra « un genou à terre » ?

Comme le remarque le journal La Montagne, « les derniers mètres sont toujours les plus longs ». Alors, oui, « retirera, retirera pas (l’âge pivot) ? Cet épouvantail (…) a du plomb dans l'aile », prédit ce quotidien du centre du pays. Ça alors !

À lire aussi : Ce que contient l’avant-projet de loi de la réforme des retraites

En France encore, nous en parlions déjà hier, la bataille électorale à Paris se prépare. Sa très convoitée mairie attise les convoitises. Avec, aujourd’hui, un nouveau prétendant à droite dans le XVIe arrondissement de la capitale, l’avocat Francis Szpiner.

C’est Le Parisien qui le révèle. Selon ce journal, ce ténor du barreau, ami de Chirac et Villepin, qui fut notamment le défenseur de l’ex-président centrafricain Jean-Bedel Bokassa, mais aussi de l’ancien Premier ministre Alain Juppé ou encore de la proxénète Madame Claude, « devrait être le candidat des Républicains dans le XVIe arrondissement de Paris ». Le Parisien souligne au passage que Francis Szpiner est « associé à François Baroin au sein du cabinet Stas », cabinet d’avocats parisien.

Résultat, une nouvelle joute électorale fratricide en perspective, étant rappelé que le XVIe arrondissement, fief de la droite à Paris, est actuellement administré par la maire Danièle Giazzi, qui dénonce dans Le Parisien des « petits arrangements entre amis », tandis que dans ce même quotidien, un conseiller de Paris LR estime que « Szpiner, il est fait pour être élu comme moi pour être curé ! ».

La mairie de Paris, justement, c’est cette fin de semaine que la maire de la capitale Anne Hidalgo lance sa campagne pour l’élection municipale de mars prochain, qui la verra briguer un second mandat en pole position.

« Peut-elle perdre ? », se demande en Une Libération, d’une question qui contient manifestement sa réponse. « Avec un positionnement ouvertement écolo, elle aborde ces municipales en favorite, face à une opposition émiettée », souligne en effet ce journal.

Et c’est le moins que l’on puisse dire, car ses futurs rivaux dans les urnes sont engagés dans « une autre élection, remarque Libé, une sorte de compétition parallèle : celle des opposants les plus bêtes du monde ». Et ce quotidien ironise : « Avec des ennemis politiques comme Benjamin Griveaux, Cédric Villani, Gaspard Gantzer ou Rachida Dati, l’édile socialiste, en exagérant un brin, n’a plus besoin d’amis pour l’aider à prolonger son magistère à la tête de la capitale. »

Anne Hidalgo a donc de la chance, mais pas que… « Sa pole position (…), elle la doit aussi à son bilan, admet Libération, notamment en matière d’environnement. Il est imparfait, évidemment. Il reste beaucoup à faire pour transformer Paris en capitale verte. Mais (…) à force de tenir tête aux lobbys, notamment automobiles, (elle) s’est bâtie une image d’élue tenace et cohérente », souligne Libération. Mais attention, maître Szpiner arrive, Anne Hidalgo n’a qu’à bien se tenir...

À lire aussi : 2020, les écologistes peuvent-ils transformer l’essai ?

Deux mots des liens entre laboratoires pharmaceutiques et médecins hospitaliers en France. Une étude révèle les sommes d’argent - considérables - que les premiers donnent aux seconds. Une première en France.

C’est un collectif de journaux français, dont Le Parisien, qui révèle ces chiffres concernant des « liens d’intérêt » entre labos et médecins. Selon cette enquête, « en 2018, les laboratoires ont versé 170 millions d’euros à des acteurs domiciliés dans des CHU (dont) 92 M€ allant à des médecins ! »

Certes, « liens d’intérêts ne signifie pas conflits d’intérêts », souligne Le Parisien. Mais dans ces « largesses », il est notamment question de « repas » et « d’hôtels ». Faut bien vivre…

Pour conclure, Maurice Ravel, avec cette « enquête » menée par des hauts fonctionnaires français pour tenter de récupérer des manuscrits du compositeur et qui sont promis à la vente.

C’est Le Figaro qui le révèle. Une maison de ventes à de riches collectionneurs et qui est basée à Londres a l’intention de mettre sur le marché « 24 manuscrits achevés, dont ceux de Ma mère l’oye, Daphnis et Chloé, Concerto pour la main gauche ou encore Le Tombeau de Couperin. Une cinquantaine de manuscrits inachevés liés au Bolero, à L’Enfant et les Sortilèges et à L’Heure espagnole. Au total, 1 300 pages jaunies et rédigées d’une écriture fine et serrée ». Le tout de la main de Maurice Ravel, pour une mise à prix de plusieurs millions d’euros. Selon Le Figaro, un petit groupe de hauts fonctionnaires français « mène l’enquête » pour tenter de les récupérer.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.