Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Sommet de Pau: «220 soldats contre un commandement conjoint» (spécialiste)

Audio 06:02
(G-D). Les présidents Mahamadou Issoufou (Niger), Ibrahim Boubacar Keita (Mali), Idriss Deby (Tchad), Emmanuel Macron (France), Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani (Mauritanie) et Roch Marc Christian Kaboré (Burkina) lors du sommet de Pau, le 13/01/2020.
(G-D). Les présidents Mahamadou Issoufou (Niger), Ibrahim Boubacar Keita (Mali), Idriss Deby (Tchad), Emmanuel Macron (France), Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani (Mauritanie) et Roch Marc Christian Kaboré (Burkina) lors du sommet de Pau, le 13/01/2020. REGIS DUVIGNAU /AFP

Il y aura désormais un « commandement conjoint de la force Barkhane et de la force du G5 Sahel », annoncent les six chefs d’État du Niger, du Tchad, du Burkina, du Mali, de la Mauritanie et de la France, au terme de leur sommet à Pau, dans le sud-ouest de la France. Qu'est ce que cela va changer sur le terrain dans la guerre contre les jihadistes de l'État islamique au grand Sahara ? Pour Jean-Marc Tanguy, spécialiste des questions militaires et journaliste blogueur, c'est donnant-donnant.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.