Accéder au contenu principal
Chronique transports

L'Élysée vante les vertus des bus au gaz naturel

Audio 02:33
Un modèle de bus au gaz naturel sera exposé à l'Élysée.
Un modèle de bus au gaz naturel sera exposé à l'Élysée. Iveco

Un bus écologique au palais de l'Élysée ! Non, ce n'est pas une blague, mais le résultat d'un concours d'objets 100% français. Et c'est ce week-end que ce bus au gaz naturel fait son entrée à la présidence de la République. Deux jours d'exposition pour vanter les inventions françaises. Ouverte au public, cette promotion du fait maison montrera 120 objets artisanaux ou industriels français. En France, de plus en plus de villes convertissent leurs bus au gaz naturel. L'occasion pour nous de faire le point sur cette nouvelle technologie.

Publicité

Lorsqu’il a reçu un appel du ministère des Transports d’Abidjan, Fréderic Lahitte responsable au sein de l’entreprise Iveco de ce bus exposé à l’Élysée 100% gaz naturel, a tout de suite qu’il était sur la bonne voie. La dernière livraison dans la capitale ivoirienne a eu lieu l’été dernier.

« Chez Iveco, précise Fréderic Lahitte, nous exportons la moitié de nos véhicules assemblés en France. Après l’Azerbaïdjan en Asie Centrale, effectivement c’est en Côte d’Ivoire où nous avons rencontré un réel succès avec la livraison d’une flotte de bus municipaux pour le nouveau réseau de routes d’Abidjan. Nous sommes en discussion avec le Sénégal qui réfléchit à une flotte de bus moins polluants. »

À écouter aussi : Le gaz est-il vraiment plus propre dans les moteurs que le diesel ?

Le gaz permet à l'Afrique de gagner une étape sur le carburant

L’avantage des véhicules au gaz pour l’Afrique, outre le fait qu’ils émettent près de 80% moins de carbone polluant que les moteurs essence ou diesel, réside dans les nouvelles normes de carburant.

« Le fuel ou l'essence en Afrique sont souvent plus lourds donc moins raffinés qu’en Europe, explique Fréderic Lahitte responsable chez Iveco, ou que dans d’autres pays du monde. Avec le gaz, le continent opère un saut technologique qui permet d’être tout de suite en conformité avec les nouvelles générations de véhicules. »

À lire aussi : Sénégal: le remplacement des vieux diesels n’est pas pour tout de suite

Le gaz naturel 20% moins cher que le diesel

Ailleurs dans le monde, l'Iran et la Chine possèdent le plus de voitures au gaz pour les particuliers. En Europe, au-delà des bus de ville, l’Italie est en tête du marché de voitures individuelles. Les automobilistes français eux penchent plus pour les moteurs électriques, si bien que ce sont les camionneurs, les chauffeurs de poids lourds, grâce entre autres à des encouragements fiscaux, qui roulent le plus au gaz naturel.

Et croyez Vanessa Ibarlucea sur parole, pour cette membre de la Fédération du transport routier, la tendance n’est pas prête de s’arrêter : « Pour nous, l’avantage est double, explique-t-elle, il est économique et écologique. Par exemple, le kilo de gaz nous coûte 20% moins cher qu’un litre de diesel. En plus de cela, le gouvernement a mis en place une baisse de prix des camions au gaz. Si bien qu’aujourd’hui, nous avons même dépassé les objectifs des projections d’achats de véhicules équipés. Mais encore une fois, il faut nuancer, parfois, notamment pour les trajets en montagne, il peut y avoir un avantage à rouler au fuel de nouvelle génération qu’au gaz, c’est toute la dynamique de motorisation qu’il faut avoir en tête. Il n’y a jamais de solution toute simple, nous devons étudier et choisir en fonction du trajet et de la charge de nos camions. »

À écouter aussi : Le premier super porte-conteneurs au gaz naturel liquéfié

La France sous équipée en stations d’avitaillement

Qu’il soit camion ou voiture, l’autre avantage des véhicules au gaz est le bruit ! En gros, trois fois moins de nuisances sonores qu’un véhicule diesel. Pour l’autonomie, avec un plein, le camion au gaz peut faire entre 600 et 1 000 km, la voiture 400 kilomètres uniquement. Aujourd’hui en France, le vrai point faible pour les conducteurs au gaz reste le manque indéniable de stations d’avitaillement.

L’avenir est au mix énergétique

Et pourtant le pays s’est montré plus efficace que prévu puisque 80 stations étaient promises en France en 2020, que nous sommes seulement en janvier et que le territoire en compte déjà 116. Alors quid de l’avenir du gaz routier ? Qu’on ne se méprenne pas ! Le carburant vert qui nourrirait 100% des véhicules n’existera jamais. Tous les experts interrogés le certifient, demain, qu’ils soient bus de ville, camions ou voitures, nos véhicules rouleront au mix énergétique, un mélange des trois énergies dites moins polluantes. Il y aura un peu de tout sur les routes, des voitures et des camions au gaz rouleront aux côtés d'autres véhicules électriques ou à hydrogène.

Le marché de véhicules à hydrogène se fait attendre

À la différence du gaz naturel, l'hydrogène est prometteur, car peu polluant, mais plus compliqué à produire. Son coût de fabrication (à base d’électrisation d’eau) reste encore très cher malgré de sérieux investissements. Tous les constructeurs de véhicules (voitures, poids lourds ou autobus) sont dans la course.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.