Accéder au contenu principal
Chronique des droits de l'homme

Juana Sales Morales: au Guatemala, «Les causes de la guerre sont toujours là»

Audio 03:36
Juana Sales Morales, guatémaltèque Maya Mam, se bat pour les droits des femmes autochtones et le respect des accords de paix de 1996.
Juana Sales Morales, guatémaltèque Maya Mam, se bat pour les droits des femmes autochtones et le respect des accords de paix de 1996. RFI/Véronique Gaymard

Le Guatemala a désormais un nouveau président. Alejandro Giammattei a pris ses fonctions mardi 14 janvier, après son élection de juin dernier. Il succède à Jimmy Morales, embourbé dans des affaires de corruption et de liens familiaux avec le crime organisé et le trafic de drogue. Le nouveau président aura de nombreux défis à relever : le Guatemala est l'un des pays les plus pauvres d'Amérique centrale, gangréné par la corruption, le narcotrafic et la violence, beaucoup de Guatémaltèques quittent le pays pour tenter leur chance aux États-Unis qui ferme pourtant ses portes. L'origine de la violence au Guatemala remonte à la guerre qui a ravagé le pays surtout dans les années 1980, et à l'absence de réponse de la part de l'État. Véronique Gaymard a rencontré une femme autochtone de l'ethnie Maya Mam qui lui a livré son témoignage.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.