Accéder au contenu principal
Vous m'en direz des nouvelles !

Quentin Delcourt donne voix aux Pygmalionnes du 7ème art

Audio 48:30
Affiche du film «Pygmalionnes» de Quentin Delcourt.
Affiche du film «Pygmalionnes» de Quentin Delcourt. © Quentin Delcourt

Elle sont actrices, réalisatrices, scénaristes, productrices, agente artistique, cheffe opératrice, ou encore exploitante de cinéma. Onze femmes qui témoignent avec franchise et sincérité de leur trajectoire, de leur expérience, de leurs aspirations dans un monde du cinéma secoué par l’affaire Harvey Weinstein. Pygmalionnes, documentaire signé Quentin Delcourt, sort ce mercredi 22 janvier 2020 sur les écrans français !

Publicité

Avec :
- Quentin Delcourt (réalisateur)
- Nathalie Marchak (réalisatrice, scénariste)
- Naidra Ayadi (comédienne, réalisatrice, metteure en scène).

« Chères PYGMALIONNES,
Grâce à vous, de magnifiques films voient le jour chaque année. Des équipes se forment, des relations se créent et des sentiments se transmettent, dans une infinité de premières fois auxquelles des millions de spectateurs s’identifient et peuvent rêver à une multitudes de possibles. Les combats menés par le passé n’ont pas été vains et d’autres continuent d’exister, inspirant aux nouvelles générations respect et estime de soi, ouverture à l’Autre et écoute du libre arbitre. Or, on parle beaucoup de vous ces temps-ci comme des victimes de harcèlement, confondant impunément charme et pouvoir, désir et désordre, image et réalité. Si fort heureusement, une certaine parole se libère, ne serait-il pas bon aussi d’agir et de parler de vous à travers vos films, plutôt que de «balancer des porcs» sans pour autant que les consciences ne s’éduquent réellement ? Je pense en effet qu’il serait grand temps que nous cessions de vous importuner sur votre sexe et que nous commencions à vous entendre plutôt sur ce que vous avez de plus singulier à partager : votre parole d'artiste. Ensemble, mettons donc à l’honneur à travers ce documentaire vos parcours et les oeuvres que vous avez écrites, produites, financées, réalisées et distribuées ; ces films, dans lesquels vous avez joué, ri, pleuré, chanté parfois et beaucoup sué, mais surtout aimé créer, et qui constituent la richesse du cinéma français contemporain. J’ai envie d’en apprendre plus de vous sans amalgame, ni langue de bois, et d’écouter ce que vous avez à dire sur vos processus de création et de réflexion, vos ambitions et vos motivations, tout en vous interrogeant sur les réalités auxquelles vous vous êtes trouvées confrontées. Ensemble, parlons donc films, carrières, ambitions, attentes et déceptions peut-être. Partageons la vérité des PYGMALIONNES que vous êtes, fortes, omniprésentes et inspirantes, sans stigmatiser votre image, ni vous réduire à de simples rapports de force. Peut-être alors, nous rendrons-nous compte que le cinéma n’est pas le monopole du genre et que nous sommes tous égaux face aux défis de la création. » Quentin Delcourt.

Direction Madagascar où le plus ancien cinéma de la capitale (qui a ouvert ses portes, il y a un an et demi seulement) projette pour la première fois de son histoire un documentaire réalisé par un Malgache, dans les mêmes conditions que n'importe quel blockbuster américain. Tavela, c’est le titre du film, raconte l’évolution du Morengy, un art martial ancestral du nord de l’île. Un art où les valeurs et les codes ont peu à peu évolué ces dernières années, au profit de l’argent et du spectacle. Reportage de Sarah Tétaud.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.