Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

En Irlande, l'âge de départ à la retraite fait débat

Audio 03:23
Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar est depuis 2016 à la tête d'un coalition centriste.
Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar est depuis 2016 à la tête d'un coalition centriste. REUTERS/Toby Melville

Commen en France, l’âge du départ à la retraite en Irlande pose. Mais pas pour les mêmes raisons. Un débat relancé en pleine campagne pour les élections législatives.

Publicité

L’âge légal auquel le Irlandais peuvent prétendre à la pension est 66 ans depuis 2014. Mais l’âge de départ à la retraite est souvent défini dans le contrat de travail et beaucoup d’employeurs le placent à 65 ans. Alors certains « seniors » doivent cotiser par ailleurs pour assurer l’intérim, ou toucher une allocation chômage, pendant un an.

Cet âge légal, de 66 ans, est appelé à changer bientôt : le Fine Gael, le parti actuellement au pouvoir, a prévu de l’amener à 67 ans en 2021 et à 68 ans en 2028. L’Irlande sera parmi les pays les plus exigeants de l’UE en matière de retraite, aux côtés de l’Allemagne, de l’Italie, et de la Grèce.

Un âge de départ à la retraite qui fait les gros titres

Les responsables politiques ont admis qu’il y avait une anomalie. Le Premier ministre sortant, Leo Varadkar, a promis qu’il mettrait en place une allocation de « départ progressif à la retraite ». Pour les «  seniors », il y a une certaine honte à devoir pointer au chômage avant de pouvoir toucher leur retraite.

Son principal rival, le parti de centre-droit Fianna Fail, a quant à lui promis de rendre illégales ces clauses de contrat. Une promesse qui pourrait s’avérer anticonstitutionnelle pour les contrats déjà existants.

Un âge de départ à la retraite peu contesté par les politiques

Cette réforme a été conçue en 2011, à une époque où l’Irlande sort seulement de la crise. Elle est sous perfusion financière de la Banque centrale européenne, du FMI et du Mécanisme de stabilité financière. En échange de leur soutien, l’Irlande doit réformer, d’où ce changement. À cela s'ajoute l’argument démographique : vieillissement de la population et allongement de l’espérance de vie, pour justifier cette réforme.

Leo Varadkar a défendu la méthode de ses prédécesseurs. La preuve selon lui : la situation en France : « Regardez ce qui se passe en France, ils vont passer de 62 à 67 ans en 5 ans parce qu’ils s’y prennent trop tard ! Mieux vaut prévenir que guérir. »

Le chef du Fianna Fail, Micheal Martin, laisse la porte ouverte à une annulation du changement, mais rien de très concret. Même le Parti travailliste n’évoque pas de retour sur la mesure, il faut dire que le Labour faisait partie du gouvernement à l’époque, en 2011. Il n’y a que le Sinn Féin, qui mise beaucoup sur ces élections, et la petite formation de gauche People Before Profit, qui proposent le retour de l’âge de départ à 65 ans. Deux partis traditionnellement dans l’opposition et qui ont donc intérêt à faire monter les enchères.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.