Accéder au contenu principal
Environnement

Climat : la couche d'ozone va mieux

Fin avril 2007 : bain de soleil sur les rives d'un fjord du Spitzberg. Le dégel de l'Arctique à lieu de plus en plus tôt dans l'année. A quand les plages au pôle Nord ?
Fin avril 2007 : bain de soleil sur les rives d'un fjord du Spitzberg. Le dégel de l'Arctique à lieu de plus en plus tôt dans l'année. A quand les plages au pôle Nord ? (Photo : Reuters/François Lenoir)

La couche d'ozone qui protège le monde vivant du rayonnement solaire ultraviolet devrait se reconstituer en grande partie d'ici au milieu du siècle, mais le processus prendra plus de temps au-dessus des régions polaires, selon une étude de l'Onu publiée jeudi 16 septembre 2010. La perte d'ozone persistera durant de nombreuses décennies parce que des substances toxiques persistent dans l'atmosphère longtemps après la fin des émissions, dit le rapport de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et du Programme de l'ONU pour l'environnement (PNUE).

Publicité

Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

Les efforts effectués dans le monde pour protéger la couche d’ozone portent leurs fruits. Selon le rapport de quelque 300 scientifiques mandatés par l’Organisation météorologique mondiale, l’évolution constatée va dans le bon sens : aucune zone additionnelle de déperdition n’est notée et l’effet de serre se modère.

Depuis quatre ans il n'y avait pas eu d'étude d’une telle ampleur et elle apporte de bonnes nouvelles. Le Protocole de Montréal fonctionne et la situation s’améliore. L’arrêt de la production et de l’emploi de substances attaquant la couche d’ozone a des conséquences bénéfiques réelles, affirment les scientifiques. Ainsi, au cours de la dernière décennie, la couche d’ozone de l’Arctique et de l’Antarctique ne s’est plus réduite, et dans le secteur des pôles, on en est revenu à la situation semblable à celle qui prévalait avant 1980.

Il reste beaucoup de chemin à faire, néanmoins, pour la première fois, il est possible de parler si ce n’est de succès du moins de progrès. Il reste cependant certain que les activités humaines vont continuer à changer la composition de l’atmosphère et à agir sur le climat.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.