Accéder au contenu principal
Europe / Banques

Huit banques européennes échouent au test de résistance

La banque espagnole Catalunya Caixa, basée à Barcelone, fait partie des huit établissements qui ont failli au test de résistance de l'EBA.
La banque espagnole Catalunya Caixa, basée à Barcelone, fait partie des huit établissements qui ont failli au test de résistance de l'EBA. REUTERS/Albert Gea

En pleine crise de la dette, l’Autorité bancaire européenne (EBA) a fait passer un test de résistance à 91 banques représentant, à elles toutes, 65% du secteur sur le continent, vendredi 15 juillet 2011 à Londres. Huit d’entre elles, dont cinq espagnoles, ont failli. Les quatre banques françaises testées ont en revanche passé l’épreuve avec succès.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles

Ce rapport, le second du genre, a ausculté dans le détail 91 banques présentes dans 21 pays, soit 65% du secteur bancaire en Europe. Par une simulation qui les soumet toutes à un scénario catastrophe, il s’agit de déterminer lesquelles parviennent à survivre, en particulier grâce à des fonds propres libérés et à une exposition raisonnable au risque. L’année dernière, sept banques n’avaient pas satisfait aux critères, qui ont été rendus encore plus sévères cette année.

Mise en garde

Le système bancaire français - c'est une confirmation - est solide.

François Baroin

Cette fois-ci, l’Autorité bancaire européenne (EBA), toute nouvelle agence basée à Londres, a incité les banques à consolider leurs réserves au cours des quatre premiers mois de l’année 2011. Si l’on ne tient pas compte des quelques 50 milliards d’euros inscrits au capital des établissements qui ont suivi cette recommandation, ce sont vingt banques qui se trouvent face à l’échec. En revanche, si l’on en tient compte, elles ne sont plus que huit à échouer : deux grecques, cinq espagnoles et une autrichienne.

Mais les experts de l’Autorité bancaire mettent en garde les banques qui passent tout juste au-dessus de la barre des 5% du critère retenu. Il s’agit d’établissements chypriotes, allemands, portugais et slovènes. Enfin, aucune des quatre banques françaises de l’échantillon (BNP Paribas, la BPCE, le Crédit Agricole et la Société Générale) n’est menacée. C'est une bonne nouvelle quand on sait qu’elles représentent ensemble 80% des actifs du secteur bancaire français.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.