Accéder au contenu principal
ROYAUME-UNI / FRANCE

Fuite de gaz en mer du Nord: Total entame l'opération de colmatage

La plateforme pétrolière de Total en mer du Nord, le 29 mars 2012.
La plateforme pétrolière de Total en mer du Nord, le 29 mars 2012. REUTERS/Total E&P/Handout

La torchère de la plateforme Elgin de Total en mer du Nord qui faisait craindre aux experts une possible explosion, s’est éteinte d’elle-même. Les efforts se concentrent sur les opérations de colmatage. Parmi les solutions envisagées : l’injection de boue. Mais du gaz continue à s’échapper. Et le danger d’une explosion est toujours présent.

Publicité

Avec l'extinction de la torchère, le scénario catastrophe d'une explosion de la plateforme s'éloigne, mais ne disparaît pas pour autant. « Il y a toujours du gaz qui s'échappe », a admis un responsable de Total, « et évidemment, tant qu'il y a une fuite de gaz, il y a un risque d'étincelle et donc d'explosion ». Mais désormais, les efforts peuvent se concentrer sur les opérations de colmatage.

Deux opérations sont nécessaires: d'abord, il faudra forer deux puits de secours pour réduire la pression du gaz. Ensuite, Total envisage d'injecter des boues lourdes pour enrayer la fuite. Une fuite qui se situe à environ 4000 mètres de profondeur sous les fonds marins.

Cette opération pourra commencer dans huit jours si les pompiers ont autorisation d'accès. C’est en tout cas ce que le patron de Total a déclaré sur son compte Twitter, tout en se défendant d'avoir manqué de transparence dans sa gestion de ce qui est le plus gros incident en mer du Nord depuis au moins dix ans pour la société.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.