Accéder au contenu principal
France

France: hommage aux deux victimes des intempéries à Toulon

Des policiers procédent, le 27 Octobre 2012 à La Garde, aux premières mesures à proximité de la canalisation d'évacuation d'eau de l'université de Toulon, où 2 étudiants ont trouvé la mort après avoir été « aspirés »à la suite des fortes pluies.
Des policiers procédent, le 27 Octobre 2012 à La Garde, aux premières mesures à proximité de la canalisation d'évacuation d'eau de l'université de Toulon, où 2 étudiants ont trouvé la mort après avoir été « aspirés »à la suite des fortes pluies. AFP/BORIS HORVAT

La ministre de l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, est arrivée sur le campus de Toulon, dans le sud de la France. Elle a rendu hommage aux deux étudiants décédés, emportés par le courant, vendredi 26 octobre près du parking de l'université.

Publicité

D'habitude, le bras de rivière près du parking de l'université parait bien inoffensif: un petit filet d'eau qui rentre sous terre pour aller se jeter dans la mer un kilomètre plus loin. « Sauf que là, explique le capitaine des pompiers, avec la force de la pluie, le canal a gonflé et s'est transformé en goulot d'étranglement ! Une machine infernale aspirant tout sur son passage ». Les deux étudiants, un garçon et une fille, d'une vingtaine d'année chacun, étaient sur le parking. Ils ont couru au bord jusqu'aux arbres pour se protéger des averses. Impossible ensuite de lutter.

Le sol s'est dérobé et le courant les a amenés à l'entrée du souterrain, d'une ouverture de 40cm de diamètre. La canalisation qui refait surface était 800 mètres plus loin. C'est là que les deux victimes se sont engouffrées.
« Dans ce genre d'accident, raconte encore ce responsable des secours, les canalisations sont très étroites, nous travaillons avec une petite caméra portée par le courant ». Des images ont d'abord localisé le cadavre de la jeune fille. Les pluies ont ensuite cessé dans la région, ce qui a facilité les recherches. Tôt ce samedi matin, les pompiers ont repêché le corps de la deuxième victime. Son corps était déjà arrivé tout près de la mer.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.