Accéder au contenu principal
Russie/ France

Gérard Depardieu déclare sa flamme à la Russie

Gérard Depardieu et Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg le 11 décembre 2010.
Gérard Depardieu et Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg le 11 décembre 2010. REUTERS/Alexei Nikolsky/RIA Novosti

La nouvelle nationalité de Gérard Depardieu a provoqué une effervescence à la télévision et dans les réseaux sociaux russes. Gérard Depardieu a confirmé avoir fait une demande de passeport russe. Dans une lettre diffusée par une chaîne de télévision nationale, l’acteur se dit ravi que sa demande ait été acceptée par Vladimir Poutine, qui a signé jeudi 3 janvier le décret lui accordant la citoyenneté russe. 

Publicité

Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

La lettre diffusée sur le site de la chaîne d'Etat Perviy Kanal, s’intitule « Aux journalistes russes ». L’acteur français y déclare sa flamme à son nouveau pays d’accueil : « J’adore la Russie, ses hommes, son histoire, ses écrivains (…) j’adore votre culture, votre intelligence », écrit Gérard Depardieu, qui promet aussi d’apprendre le russe.

L’acteur poursuit : « J’aime beaucoup votre président Vladimir Poutine et c’est réciproque », avant d’expliquer que la Russie est « une grande démocratie » et non pas un pays où « un Premier ministre traite un citoyen de minable ». « J’en ai parlé à mon président, François Hollande. Je lui ai dit tout ça », écrit Gérard Depardieu.

L’Elysée a confirmé qu’une conversation téléphonique avait bien eu lieu le 1er janvier, mais n’a pas voulu dévoiler la teneur de l'échange entre le chef de l'Etat et l'acteur. Un producteur du comédien a, de son côté, expliqué sur RTL que Gérard Depardieu avait dit à François Hollande qu’il était écœuré par la façon dont la France traitait ceux qui réussissaient.

Un argument largement repris par les chaînes de télévision russes, qui ont multiplié émissions spéciales et rétrospectives sur la carrière de l'acteur. Les critiques de cinéma expliquant à tout va que le monument du 7e art, injustement blessé et insulté en France, serait accueilli et aimé en Russie d'une manière désintéressée et inconditionnelle.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.