Accéder au contenu principal
UE/FRANCE/ALLEMAGNE

Budget européen : une rencontre Hollande-Merkel au Stade de France

Angela Merkel et François Hollande, le 22 janvier 2013.
Angela Merkel et François Hollande, le 22 janvier 2013. Reuters

Ce mercredi 6 février 2013, la France et l'Allemagne disputeront un match amical de foot au Stade de France dans le cadre des festivités pour les 50 ans de l'amitié franco-allemande. Dans les tribunes du Stade aux portes de Paris, le président français François Hollande sera côte à côte avec la chancelière allemande Angela Merkel. L'occasion pour les deux de soutenir leurs équipes, mais aussi de parler politique.

Publicité

S'ils ont une passion commune, c'est bien le foot. Mais avant de s'en donner à cœur joie au match amical, Angela Merkel et François Hollande s'isoleront dans les loges du stade. Ils auront à peine une heure pour rapprocher leurs points de vue - encore très divergents - sur le budget européen, à la veille d'un sommet qui doit mettre sur les rails un compromis entre les 27 pays membres.

L'ampleur des coupes budgétaires, le montant des dépenses pour la politique agricole commune ou encore la question des « rabais » dont bénéficient le Royaume-Uni ou l'Allemagne: sur aucune de ces questions cruciales, Paris et Berlin ne défendent la même position.

« Faire des économies, oui, affaiblir l'économie, non »

Devant le Parlement européen mardi 5 février, François Hollande a annoncé la couleur : « Faire des économies, oui, affaiblir l'économie, non ». « Il va falloir raisonner ceux qui veulent amputer le budget européen au delà de ce qui peut être accepté », a-t-il aussi déclaré. La chancelière allemande, l'un des chantres de la rigueur budgétaire, appréciera.

Mais les deux sont d'accord sur un point : il faut éviter un nouvel échec des négociations et afficher un front commun contre le Premier ministre britannique David Cameron qui viendra lui à Bruxelles pour exiger des économies draconiennes.

Avec notre envoyée spéciale à Strasbourg, Béatrice Leveillé

Le budget européen, c’est 1% de la richesse totale de l’Union européenne, soit 142 milliards d’euros en 2011. La contribution des 27 dépend de leur poids économique : 20% pour l’Allemagne qui est le plus gros contributeur contre 1% pour la Roumanie. Le budget permet d’avoir une stratégie européenne d’investissement, de développement et d’aide à laquelle 94% du budget est consacré.

Les eurodéputés ont rappelé au cours de ce débat que le budget devait être équilibré. Pas question de s’endetter comme l’ont fait les Etats membres. Les échanges sont tendus entre ceux qui dénoncent le salaire des fonctionnaires européens supérieur parfois à ceux d’un chef d’Etat ou de gouvernement et d’autres qui défendent le budget en rappelant par exemple que la solidarité ne doit pas s’arrêter aux frontières de l’Union européenne.

« Pendant que nous discutons de ce budget, explique un eurodéputé, 23 000 enfants meurent chaque jour de faim. 0,62% du budget est consacré à la lutte contre la faim dans le monde, on ne doit pas couper ce budget là ». Un autre propose de supprimer un des deux Parlements européens, le déplacement de Bruxelles à Strasbourg coûterait chaque année 400 millions d’euros.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.