Accéder au contenu principal
Croatie

Les Croates aux urnes pour choisir leurs premiers eurodéputés

Le Premier ministre croate Zoran Milanovic (à g.) serre la main du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Le 1er juillet, la Croatie deviendra le 28e pays de l’UE.
Le Premier ministre croate Zoran Milanovic (à g.) serre la main du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Le 1er juillet, la Croatie deviendra le 28e pays de l’UE. Photo: Union européenne

Ce dimanche 14 avril, les Croates élisent leurs députés européens. Douze nouveaux parlementaires qui vont siéger au Parlement de Strasbourg dès l'entrée officielle de Zagreb au sein de l'Union européenne (UE), le 1er juillet prochain. Le scrutin risque d'être entaché par un fort abstentionnisme, les électeurs ne sachant plus si l'UE représente encore un espoir pour échapper à la crise.

Publicité

« Historique », c’est par ce mot que les dirigeants croates qualifient ce dimanche 14 avril, qui verra arriver au Parlement européen douze nouveaux députés, choisis par les électeurs de ce pays d’ex-Yougoslavie. Les responsables redoutent un fort taux d’abstention, 40% des Croates se disant indécis au cours des dernières enquêtes d’opinion.

Indépendante depuis 1991, la Croatie a dû patienter dix ans pour être acceptée au sein de l’Union européenne. Le processus d’adhésion, long et exigeant, a demandé aux Croates de nombreuses réformes et sacrifices. La population en est arrivée à « attacher » à l’UE une forme de ressentiment : en 2012, seuls 44% des 4,2 millions de Croates se rendaient aux urnes. Et 66% d’entre eux disaient « oui », par référendum, pour rejoindre le club des Vingt-Sept.

Pour éviter de nouveaux déboires électoraux, les responsables croates appellent à la mobilisation. Le président Ivo Josipovic a encore répété, samedi 13 avril, l’enjeu de ce scrutin : « Il est particulièrement important […] puisque nous allons intégrer le système de prise de décision de l’UE ».

Espoir européen

Le 1er juillet 2013, la Croatie deviendra le vingt-huitième pays de l’UE. Elle sera aussi l’un des membres les plus pauvres, n’atteignant que 60% du PIB moyen. Touchée de plein fouet par la crise économique, Zagreb est confrontée à une récession régulière depuis 2009, enregistrant une chute de son PIB de 2% en 2012.

Pour la présidence croate, cette adhésion à l’UE est un espoir de relance. La Croatie espère dégager treize milliards d’euros d’ici 2020 grâce aux différentes aides européennes. Une bouffée d’oxygène pour plusieurs pans de l’industrie nationale, notamment les chantiers navals, dont la restructuration menace de nombreux emplois.

Les derniers sondages croates prévoient un partage de ces sièges d’eurodéputés, à hauteur de six pour la coalition de centre gauche au pouvoir, et six pour l’opposition. Les prochaines élections européennes sont en 2014 ; ces douze premiers eurodéputés croates ne siègeront donc qu’un an.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.