Accéder au contenu principal
Royaume-Uni / France

Politiques économiques: David Cameron tape sur la France sans la nommer

Le Premier ministre britannnique David Cameron, au sommet européen, à Bruxelles, le 20 décembre 2013.
Le Premier ministre britannnique David Cameron, au sommet européen, à Bruxelles, le 20 décembre 2013. REUTERS/Francois Lenoir

Le 1er janvier, c'est l'occasion pour les chefs d'Etat et de gouvernement de présenter leurs vœux. En France, François Hollande a dit son intransigeance face au racisme et il a insisté sur la bataille pour l'emploi, sa « seule priorité ». En Grande-Bretagne, le Premier ministre David Cameron a publié une tribune dans le journal The Times. Il y vante le succès de sa politique économique et critique en creux la politique française. 

Publicité

Notre reprise est fragile, mais elle est bien réelle et 2014 sera l'année où nous commencerons à faire de la Grande-Bretagne une réussite, un exemple de l'après-récession. En vantant les mérites de sa politique économique, David Cameron s'adresse aux travaillistes qui ont perdu le pouvoir en 2010, travaillistes accusés d'être à l'origine de la récession en Grande-Bretagne, et c'est bien la France - sans la nommer - que le Premier ministre britannique prend pour contre-exemple.

« Si vous doutez des effets désastreux que représenterait un retour des politiques économiques travaillistes, regardez les pays qui suivent cette approche. Et le Premier ministre de poursuivre : chômage croissant, stagnation industrielle, entreprises en chute libre, toujours plus d'emprunts, de dépenses, de dettes. L'opposé de ce que nous faisons ici », conclut David Cameron.

La tribune est claire, et le journal qui la publie dans son éditorial n'hésite pas d'ailleurs à l'interpréter comme une sévère critique de la politique économique menée par François Hollande.

La Grande-Bretagne a renoué cette année avec la croissance. Nulle en 2012, elle devrait être de 1,4% en 2013, mais Londres maintient dans le même temps sa politique d'austérité pour réduire son déficit, des mesures qui ont évidemment un coût social important. La France, elle, table sur 0,2% de croissance en 2013, 0,9% cette année, selon le gouvernement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.