Accéder au contenu principal
Ukraine

Ukraine: l'opposition et le président signent un accord de sortie de crise

Sur la place de l'Indépendance, à Kiev, vendredi 21 février 2014.
Sur la place de l'Indépendance, à Kiev, vendredi 21 février 2014. REUTERS/Vasily Fedosenko

Le président Viktor Ianoukovitch et les responsables de l'opposition ont signé ce vendredi 21 février en présence des médiateurs européens un accord de sortie de crise en Ukraine, qui prévoit une élection présidentielle anticipée, un retour à la Constitution de 2004 et la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Publicité

Après des heures interminables d'attente et d'incertitude, avec de nombreux appels à la prudence, c'est donc chose faite. Le président ukrainien et les leaders de l'opposition ont signé l'accord de sortie de crise, en présence des médiateurs européens, les chefs de la diplomatie allemande et polonaise, Frank-Walter Steinmeier et Radoslav Sikorski.

Les chefs de l'opposition n'ont signé le projet d'accord européen qu'après avoir obtenu l'aval du comité de Maïdan. Pour sa part, le représentant russe n'a pas signé le document. Et si la signature constitue une excellente base de sortie de crise, les choses ne sont pas pour autant définitivement actées.

L'opposition a émis de nouvelles conditions : que l'actuel ministre de l'Intérieur ne fasse pas partie du prochain gouvernement et que le procureur général soit démis de ses fonctions. C'est la raison pour laquelle le diplomate polonais a proné la prudence jusqu'à la dernière minute, en insistant sur le fait que toutes les parties ne seront pas satisfaites de l'accord à 100% .

A ce stade, un compromis a donc été trouvé sur trois propositions majeures, à savoir le retour à la Constitution de 2004, qui réduit les pouvoirs du président, l'organisation d'élections anticipées, dont on ne connaît pas encore la date et enfin la formation d'un gouvernement d'union nationale. Sur le Maïdan, le calme est revenu, mais les manifestants restent très mobilisés. La place est noire de monde et les barricades sont toujours en place.


Les députés ukrainiens ont de leur côté adopté ce même jour à une forte majorité une résolution appuyant un retour à la Constitution de 2004, qui limite les prérogatives du
chef de l'Etat au profit du Parlement, conformément à l'accord de sortie de crise signé en
milieu de journée par le président Viktor Ianoukovitch et leschefs de file de la contestation.

La Rada, le Parlement monocaméral dominé par le Parti des Régions de Ianoukovitch, a aussi voté une amnistie inconditionnelle pour toutes les personnes arrêtées ou susceptibles d'être poursuivies en raison de leur implication dans le mouvement de contestation actuel contre le président.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.