Accéder au contenu principal
Moldavie

Moldavie: les indépendantistes locaux inspirés par la crise en Ukraine

Le 25 avril, ce checkpoint ukrainien proche d'Odessa avait été attaqué par des militants pro-russe passés par la frontière moldave.
Le 25 avril, ce checkpoint ukrainien proche d'Odessa avait été attaqué par des militants pro-russe passés par la frontière moldave. REUTERS/Yevgeny Volokin

La crise ukrainienne a des conséquences dans toute la région de l’Est de l’Europe. Pour la Moldavie, ancienne République soviétique, elle a pour effet une accélération de son chemin vers l’Europe. Dès ce lundi, les quatre millions de ressortissants moldaves n’ont plus besoin de visas pour se rendre dans l’Union européenne.

Publicité

De notre correspondant à Bucarest,

Il s’agit d’un processus accéléré car, il y a peine six mois, personne n’aurait imaginé que l’Union européenne allait supprimer si vite les visas pour les ressortissants moldaves. La Moldavie est peuplée essentiellement de roumanophones, mais abrite aussi des régions séparatistes russophones qui connaissent des tensions ces derniers mois. L’enjeu est de démontrer que les Européens soutiennent les aspirations de ce pays qui avait été l’un des seuls, avec la Géorgie, à mener à bien le Partenariat Oriental avec l’UE. La Moldavie se prépare par ailleurs à ratifier, toujours à grande vitesse, un accord d’association avec l’UE.

Risque de contagion

Le risque est grand que les séparatistes moldaves soient tentés de suivre l'exemple ukrainien. Tout le monde en est conscient. Il y a tout d’abord la Transnistrie, une langue de terre d'un demi-million d'habitants russophones qui, de facto, a fait sécession voici vingt ans après une guerre qui avait provoqué mille morts. Après une vingtaine d’années de conflit gelé voici que cette région a demandé il y a deux semaines la reconnaissance par la communauté internationale de son indépendance.

→ A (RE)LIRE : Après la Crimée, la Transnistrie convoitée par la Russie ?

Même son de cloche en Gagaouzie, une micro-région de 150 000 habitants. Ici, la situation est encore plus compliquée car les Gagaouzes sont des Turkmènes chrétiens orthodoxes qui parlent essentiellement le russe et demandent également l'indépendance. Face à ces deux fronts indépendantistes de plus en plus actifs, le pouvoir pro-européen de Moldavie craint, en effet, la répétition d’un scénario comme celui qui s’est passé en Crimée.

La Roumanie attentive

Roumanophone, voire roumaine, la population est marquée par quelques centaines de milliers de Moldaves qui ont obtenu la nationalité roumaine ces dernières années. La Moldavie est d’ailleurs une ancienne province roumaine, rattachée à l’Union Soviétique par Staline en 1940.

Les autorités roumaines soutiennent les efforts pro-européens de la Moldavie et font des gestes concrets pour aider ce pays. Le plus important est la construction d’un gazoduc entre la Roumanie et la Moldavie, qui devrait aider ce pays à passer l’hiver si la Russie se décidait à fermer le robinet du gaz dans la région. Il faut dire que de ce point de vue, la Roumanie a de la chance, car elle a encore d'importantes réserves en gaz.

©Studio Graphistes FMM

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.