Accéder au contenu principal
Ukraine

Ukraine: nouvelle salve de sanctions contre la Russie

La Russie a réagi en indiquant qu'elle allait «répondre» aux nouvelles sanctions américaines.
La Russie a réagi en indiquant qu'elle allait «répondre» aux nouvelles sanctions américaines. REUTERS/Mikhail Klimetyev/RIA Novosti/Kremlin

Les Occidentaux font monter la pression contre Moscou. Ce lundi, les Etats-Unis ont imposé des sanctions contre sept responsables et 17 entreprises russes proches de Vladimir Poutine. De leur côté, les pays membres de l'UE ont décidé d'ajouter quinze noms de personnalités russes ou d'Ukrainiens pro-russes à la liste de personnes visées par des sanctions. 

Publicité

Avec notre correspondante à Bruxelles, Joana Hostein

Les membres de l'Union européenne se sont entendus pour de nouvelles sanctions. Les quinze nouvelles personnalités sanctionnées par les Européens sont accusées d'avoir violé l'intégrité territoriale de l'Ukraine, sa souveraineté et son indépendance, comme les 55 autres responsables russes et ukrainiens déjà visés.

Les avoirs de ces nouvelles personnes visées seront gelés et leurs déplacements en Europe interdits dès la publication de leurs noms au Journal officiel de l'Union qui devrait intervenir dès demain. On connaîtra à ce moment-là leur identité. Les ambassadeurs ont approuvé une liste qui était déjà dans les tuyaux et qui avait été gelée. L'idée, à l'époque, était de ne pas compromettre l'issue des discussions de Genève entre les Russes et les Ukrainiens. Mais pour les dirigeants occidentaux, la Russie n'a depuis rien fait pour apaiser les tensions dans l'est de l'Ukraine.

Une nouvelle réunion des diplomates européens est d'ores et déjà prévue mercredi. Il est également prévu d'avancer le prochain rendez-vous des ministres des Affaires étrangères qui devait avoir lieu le 12 mai prochain. L'objectif : décider s'il faut aller plus loin que les sanctions individuelles renforcées d'aujourd'hui. Des mesures qui n'ont pour beaucoup à Bruxelles qu'une portée symbolique.

                                  ------------------------------------------------------------

Volet de sanctions américaines

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Comme prévu, les Etats-Unis ont eux aussi annoncé un peu plus tôt un nouveau train de sanctions contre la Russie pour n’avoir pas honoré les termes de l’accord de Genève. Barack Obama l'a annoncé depuis Manille où il est en visite. La Maison Blanche a ensuite donné plus de détails par communiqué.

Et ce sont les proches de Vladimir Poutine qui sont donc les plus touchés ainsi que les entreprises qu’ils contrôlent. La personnalité la plus importante est certainement Igor Setchine, le PDG de Rosneft, la puissante compagnie pétrolière publique. Au total, ce sont sept dirigeants et 17 sociétés qui seront sanctionnés. Leurs avoirs aux Etats-Unis – s’ils en ont – seront gelés et tout visa pour l’Amérique leur sera refusé.

Ce qui fera le plus mal, c’est que le ministère du Commerce va bloquer les exportations de certains équipements, notamment dans le domaine de la défense. Comme le note dans un communiqué le secrétaire au Trésor, Jack Lew, les prévisions de la croissance russe sont déjà fortement à la baisse, les capitaux sont en fuite, et le prix élevé de l’emprunt reflète un déclin de la confiance.

Pour les analystes à Washington, c'est loin d'être le coup de massue qui va forcer Poutine à changer de stratégie en Ukraine. Mais comme l’explique l’administration Obama, les Etats-Unis gardent quelques cartouches dans leur barillet et ne s’attaqueront aux secteurs stratégiques telles que les banques, les mines, l’énergie et la défense que si les tanks russes franchissent la frontière ukrainienne.

La Russie s'est dit écœurée et a annoncé qu'elle allait «répondre » aux nouvelles sanctions américaines, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov. « Bien sûr, nous allons répondre, a-t-il déclaré aux agences russes. Nous sommes certains que cette réponse aura un effet douloureux pour Washington », a-t-il ajouté.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.