Accéder au contenu principal
Etats-Unis/Russie/Ukraine

Premier entretien entre Poutine et Obama depuis le crash du vol MH17

Vladimir Poutine et Barack Obama en 2012.
Vladimir Poutine et Barack Obama en 2012. REUTERS/Jason Reed

Les présidents russe et américain se sont parlé. C’était ce vendredi 1er août, lors d’un entretien téléphonique. Leur première conversation depuis le 17 juillet, peu après le crash de l’avion de la Malaysia Airlines.

Publicité

Avec nos correspondants à Washington, Jean-Louis Pourtet, et à Moscou, Etienne Bouche

Depuis la catastrophe aérienne de l’avion malaisien, les relations entre Moscou et Washington sont devenues encore plus exécrables. Même si la Maison Blanche et le Kremlin sont d’accord sur la nécessité d’un cessez-le-feu, les deux reconnaissent que des « différences significatives » existent entre les deux pays.

Le président Obama se serait notamment plaint du soutien accru de la Russie aux séparatistes. Lors d’une intervention devant la presse vendredi, il a évoqué son entretien avec Poutine, et renouvelé son souhait de voir la crise résolue diplomatiquement, avant de décocher une pique à l’égard de son homologue russe. « Objectivement, le président Poutine devrait vouloir résoudre cela diplomatiquement, a-t-il lancé, pour que ces sanctions soient levées, pour que l’économie russe redémarre. Mais parfois les gens n’agissent pas de façon rationnelle. »

Aux Etats-Unis, le refus d’Obama de fournir des armes létales aux Ukrainiens est attaqué par les deux partis. Les démocrates sont tout aussi critiques que les républicains pour exprimer leur mécontentement. Le sénateur démocrate Bill Nelson veut que l’administration fasse plus, alors que son collègue républicain, John McCain, déclare qu’« il est honteux que l’on ne puisse fournir des armes pour permettre à l’Ukraine de se défendre. »

Le Kremlin calme le jeu

Côté russe, on tente néanmoins de tempérer : la situation actuelle en Ukraine ne correspond ni aux intérêts de la Russie ni à ceux des Etats-Unis, c’est ce que rapporte le Kremlin sur son site internet. Le texte ne mentionne pas les critiques émises par la Maison Blanche et se contente de déplorer les mesures coercitives américaines.

Vladimir Poutine a souligné que les sanctions visant la Russie étaient « contreproductives » et qu’elles portaient atteinte aussi bien à la coopération entre les deux pays qu’à la stabilité internationale.

La présidence russe préfère mettre en avant les points d’accord entre les deux chefs d’Etat : la nécessité « d’une cessation durable des actions militaires dans le sud-est de l’Ukraine et du début d’un processus politique » entre Kiev et les séparatistes. Le Kremlin a ainsi salué la réunion cette semaine en Biélorussie du groupe de contact sur l’Ukraine réunissant représentants des séparatistes et du gouvernement ukrainien.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.